Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Les musées : un patrimoine au présent                     Les musées : un patrimoine au présent
Sources (*) :              
François Hartog - "Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps.", Ed : Seuil, 2003, p166

 

Monument aux victimes des bombardements (Pierre Delayin, 2009) -

Le patrimoine est la réunion des objets visibles investis de signification (sémiophores) que se donne, à un moment donné, une société

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

François Hartog reprend la définition du patrimoine donnée par Krzysztof Pomian. Venue du droit privé, cette notion s'est imposée :

- pour les biens naturels. Le bien naturel (milieux, sites, paysages) est inappropropriable. S'il est qualifié de patrimonial, c'est parce qu'il peut se dégrader et doit donc être transmis.

- pour les biens culturels collectifs. Il a fallu que se développent la pratique de la collection, le souci de conservation / restauration, la catégorie de monument historique, pour que ces biens deviennent patrimoniaux.

Les sémiophores traduisent le type de rapport qu'une société décide d'entretenir avec le temps. Ils rendent visible un certain ordre du temps dans lequel le présent ne peut pas se détacher du passé.

Depuis l'érection de la basilique du Saint-Sépulcre par l'empereur Constantin autour du tombeau vide du Christ a Jérusalem, la tradition chrétienne valorise les traces : la vraie croix, la couronne d'épines, la pierre du tombeau, les langes du Christ, la verge de Moïse, sont les signes au moyen desquels se reconnaissent les chrétiens. Traces visibles du passé, objets toujours contemporains, les reliques témoignent de la sainteté de leurs propriétaires.

-----

Plutôt que sémiophore, on peut employer le mot (plus courant) de sémaphore. C'est ce que fait Derrida quand il qualifie le signe de pyramide, c'est-à-dire de tombeau où l'on garde enfermée l'âme vivante. N'est-ce pas exactement la place du patrimoine?

 

 

Monument aux victimes des bombardements du 29 juin 1944. Photo prise à San Marino (Italie) le 13 avril 2009.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Hartog
MuseePresent

EI.LII

T.social

Rang = O
Genre = MP - IA