Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'art comme nom propre                     L'art comme nom propre
Sources (*) : L'esthétique est mourante               L'esthétique est mourante
Thierry de Duve - "Au nom de l'art (Pour une archéologie de la modernité)", Ed : Minuit, 1989, p53

 

Florence Humphris (Henry Duke, 1892) -

L'expérience esthétique est déictique, chaque fois unique, elle n'est pas intersubjective

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La tradition qui fait qu'une oeuvre est qualifiée d'"art" rebondit de jugement en jugement, de baptème (de l'art) en baptème. Bien qu'aucun de ces jugements ne soit premier, ils sont tous initiaux. C'est toujours : Ceci, ici, maintenant. Le nom se maintient avec la chose nommée, mais sans garantie de l'identité de l'expérience. Il ne peut pas y avoir de baptême in absentia. Le baptême se renouvelle en chaque occurrence du sentiment.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DeDuve
DeDuveNom

GD.LDG

ArtEsthetique

OE.LOE

UEsthetiqueDeictique

Rang = QesthetiqueDeictique
Genre = MR - IA