Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le cinéma, machine imitante                     Le cinéma, machine imitante
Sources (*) : Cinéma, un monde               Cinéma, un monde
Calixthe Daggoua - "Répliques et réplications", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 31 juillet 2007

 

-

[L'attrait du cinéma tient à l'efficacité mimétique de ses machineries]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

- Calixthe : Au fond, le cinéma est une simple machinerie. L'impression de mouvement et de vie qu'il donne est trompeuse; nous n'y croyons que parce que nous sommes tous plus ou moins fétichistes. D'ailleurs, ce ne sont pas des artistes qui l'ont inventé, mais des industriels (Antoine, le père des frères Lumière était peintre et photographe, mais Auguste et Louis n'étaient pas eux-mêmes photographes, ils étaient ingénieurs et vendaient des plaques). Leur ambition était de reproduire le réel, mais au fond, ils ont inventé une machine de vision faite pour tromper la perception. Pour pénétrer au coeur du réel, le cinéma dépend totalement de ses appareils. Ce sont eux qui mettent l'image en boîte, ce sont eux qui ensuite marchent tous seuls. Ce qu'ils ont produit ne correspond pas toujours à l'intention du réalisateur.

- Elfriede : S'il n'y a personne pour mettre en route la machine et personne non plus pour regarder le résultat, elle ne sert pas à grand'chose...

- Calixthe : Peut-être. Mais si elle arrête son mouvement mécanique, il n'y a plus rien.

- Prigent : Les frères Lumière sont passés, dès la première année, de La sortie des ouvriers de l'usine de Lyon à L'Arroseur arrosé. Il ne leur a pas fallu longtemps pour comprendre que cette formidable machine à reproduire le mouvement de la vie était aussi une machine à fiction, une machine à faire croire. La technique de reproduction ne suffit pas, il faut aussi une technique de l'imaginaire. Et cette technique même ne suffit pas, il faut encore produire de l'événement.

- Calixthe : Toutes les inventions du cinéma sont des progrès de l'imitation. Elles visent toujours à renforcer le leurre. Combinées aux figures filmiques comme la profondeur de champ, les plans alternés, le cadrage, elles visent à nous faire confondre le film et la réalité. Pourtant quelque chose résiste - les inventions sont toujours insuffisantes. Les réalisateurs et les scénaristes trouvent toujours le moyen de les détourner.

- Pascual : A moins que ce ne soit l'inverse.... On a l'impression que plus la technologie avance, et plus c'est la réalité qui s'ajuste sur les films...

- Calixthe : Après tout, l'inversion du phénomène n'est qu'une preuve de plus du caractère spéculaire du cinéma.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Avec le cinéma, l'homme a affaire à un fragment de visible qui ne procède pas d'une démarche perceptive humaine, mais d'un forçage machinique

-

Le cinéma se filme lui-même en train de filmer, il se manifeste comme autoréflexif

-

Arrêter un film pour le décrire ou pour l'analyser, c'est le détruire en tant que cinéma, en faire un objet hors de moi

-

La perception filmique est réelle

-

La nature illusionniste du cinéma est au second degré : fruit d'un montage, elle ne pénètre au coeur du réel que parce qu'elle use d'appareils

-

En inventant une machine capable à elle seule de filmer, développer et projeter, les frères Lumière ont, d'un seul coup, mis en place la dénégation fondatrice du cinéma

-

Le cinéma est une technique de l'imaginaire

-

Dans le cinéma moderne, pour que le spectateur éprouve le sentiment d'une présence totale à l'événement, il faut que le cadrage épouse le rythme pur de l'attention

-

La profondeur de champ est une acquisition capitale de la mise en scène cinématographique, qui met l'événement en valeur en rapprochant le spectateur de l'image

-

Quelque chose résiste aux avancées techniques du cinéma, qui visent toujours à renforcer le leurre

-

Le cinéma est fétichiste : sa machinerie fait oublier l'absence de l'objet devant lequel le spectateur s'émerveille

-

A chaque avancée technique du cinéma, les réalisateurs inventent un message inouï; mais la rhétorique formelle épuise vite sa capacité créative

-

Plus les techniques du cinéma contribuent à donner l'illusion du réalisme, plus la réalité semble s'ajuster au moule que lui propose le cinéma

-

[Le cinéma est le seul art qui soit d'emblée une industrie]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Calixthe
CinemaTechnique

AA.BBB

CinemaParcours

MC.MMC

GF_CinemaTechnique

Rang = zQuois_CinemaTechnique
Genre = -