Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma vocalise l'espace                     Le cinéma vocalise l'espace
Sources (*) : Le cinéma règle le rapport au désir               Le cinéma règle le rapport au désir
Christian Metz - "Le signifiant imaginaire - Psychanalyse et cinéma", Ed : Union Générale d'Editions, Coll 10/18, 1977, p68

 

-

Le spectateur de cinéma est tout-percevant, au sens de la toute-puissance du moi

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Plusieurs niveaux de perception sont mobilisés au cinéma (vision, audition). Les perceptions sont bien réelles, mais le lieu ou la scène d'où les perceptions proviennent (au-delà de l'écran) est absent.

Autrui est sur l'écran. Je suis là pour le regarder. Un des cadeaux que me fait le film est mon ubiquité : je perçois tout, tout entier du côté de l'instance percevante (le regard, la caméra), absent de l'écran mais bien présent dans la salle (du côté du projecteur).

-------

Christian Metz cite l'audition parmi les perceptions cinématographiques, mais ses commentaires privilégient systématiquement le regard. L'instance toute-percevante n'est-elle pas aussi une oreille? Et le projecteur n'est-il pas rien, ou presque, sans la sonorisation du film parlant? Le sentiment de toute-puissance n'est-il pas lié, aussi, au fait qu'en entend tout?

 

 

Photo © D.R.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Metz
EVocalCinema

FD.LFD

CinemaDesir

MD.LMD

T.perception

Rang = O
Genre = MH - NP