Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma règle le rapport au désir                     Le cinéma règle le rapport au désir
Sources (*) : Perversion, fétiche               Perversion, fétiche
Christian Metz - "Le signifiant imaginaire - Psychanalyse et cinéma", Ed : Union Générale d'Editions, Coll 10/18, 1977, p114

 

-

Le cinéma est un réglage du désir pervers

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le cinéma a beaucoup tâtonné, depuis 1895, avant de trouver sa formule aujourd'hui dominante : la fiction hollywoodienne, qui repose sur un imaginaire à la fois protégé et consenti. Les réglages d'aujourd'hui sont des machines bien nouées sur elles-mêmes, qui tendent à se perpétuer et à prendre en charge les mécanismes de leur propre reproduction.

Le cinéma règle le voyeurisme contemporain. Voir, c'est surprendre quelque chose.

C'est une pratique calme et réhabilitée de la perversion. Certes, on ne regarde qu'une pellicule, le film ne se sait pas regardé. Mais l'acteur s'est réellement montré (comme dans le film pornographique). Son exhibitionisme est décalé à travers une machinerie, mais persiste néammoins sous forme codée, atténuée, discursive. Le couple pervers est clivé, mais il est supposé par le dispositif.

 

 

Photo © D.R.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Metz
CinemaDesir

SD.LDS

InsuPerversion

MH.GLH

T.perversion

Rang = M
Genre = MH - NP