Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma, discours, code                     Cinéma, discours, code
Sources (*) :              
Christian Metz - "Le signifiant imaginaire - Psychanalyse et cinéma", Ed : Union Générale d'Editions, Coll 10/18, 1977, p119

 

Vide le sujet filmique (Ozzy Gorgo, 2010) -

Le cinéma vide la place du sujet et efface les marques d'énonciation

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'institution du cinéma prescrit un spectateur immobile et silencieux, qui renonce à sa propre subjectivité. Ce spectateur ne subsiste comme sujet que par identification primaire à la caméra, exténué dans un regard pur. Il n'est plus qu'une pure capacité à voir, un réceptable, un lieu d'absence vide de son être.

L'histoire (le représenté, le narré) est mise en avant, la diégèse s'exhibe.

Pour susciter la croyance, il faut supprimer toutes les marques de la narration (l'auteur, le narrateur) sauf une éventuelle voix-off. Comme dans un rêve ou un fantasme, il ne reste plus que le fait brut de la voyance : hors-la-loi, c'est un Ça que n'assume aucun moi, une voyance sans marques ni lieu.

 

 

Photo © D.R.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Metz
CinemaDiscours

DE.LDE

T.sujet

Rang = M
Genre = MP - DET