Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Crise de la représentation                     Crise de la représentation
Sources (*) : Le représenté s'absente               Le représenté s'absente
Daniel Bougnoux - "La crise de la représentation", Ed : La Découverte, 2006, p8

 

-

Sur l'artChose

[On parle de "crise de la représentation" quand la chose revient à la place du signe pour déloger celui-ci, ou le bousculer]

Sur l'artChose
   
   
   
Art et perspective immédiate Art et perspective immédiate
Mutation des régimes visuels               Mutation des régimes visuels    
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Tout système symbolique repose sur une coupure sémiotique : le signe n'est pas la chose, une carte d'un territoire n'est pas le territoire. Mais quand le signe se dérobe, quand l'ordre symbolique s'effondre, quand le cri de colère ou de douleur se substitue au code, quand les manifestations de rue remplacent les revendications politiques, quand le readymade vient à la place de l'oeuvre, quand le direct prend en otage le différé, quand l'art court-circuite le signe, quand la substitution technique se généralise, quand l'histoire de l'art elle-même renonce à représenter l'art, il y a "crise de la représentation".

Exemples : un spectacle de Jan Fabre intitulé Je suis sang (avec des tableaux sexuels ou scatologiques); Loft Story (télé-réalité); Boeuf écorché de Soutine (les viscères de l'animal semblent revenir dans la couleur); l'Action painting de Pollock (l'oeuvre est l'action elle-même); des reportages sur des émeutes de banlieue qui semblent provoquer ces émeutes; la pierre brute, non travaillée, dans la main du David de Michel-Ange (un fond de matière subsistant dans la figure sculptée).

On peut interpréter cette crise comme un retour du réel. L'urgence du présent vient supplanter la représentation, exalter une autre jouissance, comme dans la danse. L'artiste joue sur l'incertitude de la référence, en allant parfois jusqu'à la schizophrénie (traiter les signes comme des choses, disait Freud).

Bien que l'art soit un jeu de signes (ou de codes), il serait inconcevable que le tout de la chose passe dans son signe (p20). Le signe n'est qu'une interprétation de l'oeuvre.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dans l'art du 20ème siècle, la présence réelle ne cesse de prospérer : le fond ronge la figure, les corps affleurent, l'indice contamine le signe

-

La "crise de la représentation" est un effet de la substitution technique en général

-

Une crise a éclaté entre le corps et l'image : la crise de la référence

-

Il n'est pas sûr que tous les traits, marques ou éléments lisibles dans une oeuvre puissent être qualifiés de "signes" indépendamment de l'interprétation qui les déclare tels

-

L'oeuvre d'art lutte sourdement contre le code, et ne lui obéit qu'en le contestant

-

Une bonne partie de l'art moderne et contemporain traque la coupure sémiotique pour l'écraser partout

-

Par sa fascination pour le sang, Soutine maintient la plaie ouverte

-

La danse exalte la double jouissance, contradictoire, du corps réel et de sa représentation

-

[L'histoire de l'art étant elle-même une représentation, est prise dans la crise de la représentation]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Bougnoux
CriseRep

AA.BBB

ProRepresentation

OH.LOH

ArtChose

KH.LLK

EVocalPerspective

JC.LJC

MutationVision

GD.LDG

FG_CriseRep

Rang = M
Genre = -