Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Courants dans l'art                     Courants dans l'art
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Dick Mullison - "Ce qui se révèle quand ça arrive", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 17 août 2007 Quelconque, n'importe q...

[En substituant d'autres noms à la nomenclature usuelle des styles, des genres et des courants, on peut transformer en profondeur notre perception de l'art]

Quelconque, n'importe q...
   
   
   
La déconstruction, prise au sérieux La déconstruction, prise au sérieux
                 
                       

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

- Dick : Il est banal de dire que l'art actuel n'entre plus dans les catégories en "isme" du genre impressionnisme, cubisme, dadaïsme, futurisme, symbolisme, etc... Je ne conteste pas que nous ayions tous besoin de repères. Associer certaines pratiques à des noms, des qualificatifs, des mots, des styles ou des personnes aide à faire des comparaisons, à suivre des tendances ou des influences, à repérer des écoles, à désigner des générations d'un nom collectif, etc... Il y aura toujours des savants ou des universitaires pour enrichir ces problématiques. Mais les acteurs de l'art doivent écarter ces notions, ils doivent se débarrasser des mots et des images qui vont avec, les éliminer complètement de leur esprit...

- André : Il faut quand même garder quelques points de repère... Que ferais-tu par exemple, si tu ne pouvais pas distinguer l'abstrait du figuratif?

- Dick : Je m'en passerais volontiers. Regarde Colette avec son archi-oeuvre. Toutes ces catégories ne lui servent à rien.

- André : Je suis sûr que Colette connaît Fluxus, qu'elle a son idée sur le surréalisme ou l'esthétique relationnelle.

- Dick : Il peut arriver que les idées s'omettent ou s'oublient. Tout d'un coup, subitement, des mots dans la langue prennent un coup de vieux. Comme on n'en a pas d'autre à la place, on continue à s'en servir; mais le sens qu'il leur reste est usé, ils ne portent plus aucun enjeu.

- Elena : Les vieux mots dont tu parles, ceux des courants artistiques, ils avaient une fonction bien précise. Ils apportaient un certain lustre, une respectabilité, une reconnaissance à des oeuvres qu'ils revêtissaient du noble manteau de la dignité de l'art. Et s'ils restent vivants, c'est parce que des tas de gens ont encore besoin de se conforter dans cette dignité. Mais le réel du monde est ailleurs. Il n'est pas dans l'idéalisation, mais dans la désublimation. Selon moi, un mot comme l'artChose - qui est aussi une forme de nomenclature - laisse entendre que la poussée qui y conduit est incontrôlable. Aucun choix n'est possible, seule la compulsion opère.

- Dick : Les catégories qui ont émergé n'ont rien à voir avec les anciennes. Elles relèvent d'un mélange unique de pensée et d'imagination. Par exemple si je parle de l'artRire ou de l'artDit, j'introduis une problématique. Je reconnais que des poussées dans l'art le font bouger, parfois violemment, que ces poussées ne viennent pas de l'intérieur du milieu de l'art, mais de l'extérieur, et qu'il n'y a aucune raison pour que l'art y survive comme tel. Je ne raisonne ni à partir de groupes ou de phénomènes historiques (par exemple la figuration libre ou l'expressionnisme), ni à partir des artistes, ni à partir de théories (philosophie, sémiologie ou histoire de l'art), je raisonne à partir des oeuvres.

- Lorenzo : l'artCri joue sur l'affect, l'artPrésence sur l'immédiateté, l'artGramme vise la différance, l'artDiscord est toujours au bord de l'abîme ou de la chute, et quant à l'artSansVoix, il vient à la place d'une voix qu'on n'entend plus.

- Dick : Je me sens libre d'organiser les oeuvres comme j'en ai envie, de les positionner selon mon bon vouloir. Mais je n'ignore pas que ce bon vouloir est une illusion. Les oeuvres viennent se positionner elles-mêmes.

--------------

Propositions

--------------

-

[Il faut considérer chaque oeuvre dans son unicité, comme une proposition singulière]

-

Un courant ou une école dans l'art résulte d'une liaison entre une pratique et une terminologie

-

[L'art abstrait prend acte du retrait de la parole]

-

[L'événement Dada marque l'effondrement de toute croyance]

-

[Avec l'expressionnisme, le regard perd sa neutralité]

-

[Les futuristes italiens ont commencé à pratiquer la performance en 1909, en mettant la déclamation au centre de leur pratique]

-

[Avec l'impressionnisme, un temps d'arrêt extatique annonce l'art moderne]

-

[Le symbolisme se regénère toujours]

-

L'esthétique relationnelle, qui se propose de restaurer le lien social à travers l'art, aboutit à une indigence "infra-mince" de l'oeuvre

-

L'art actuel répond à la désublimation

-

[Poussées de l'artSansVoix]

-

[Poussées de l'artCri]

-

[L'art moderne subit, sans pouvoir la limiter, la poussée de l'art-gramme]

-

[Poussées de l'artChose]

-

[Poussées de l'art-discord]

-

[Poussées de l'artPrésence]

-

[Poussées de l'artDit]

-

[Poussées de l'artRire]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Dick
ArtCourants

AA.BBB

PlanSite

FZ.CCE

ProQuelconque

OF.LOF

GdoFabrique

PE.LLP

GD_ArtCourants

Rang = M
Genre = -