Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Yves Bonnefoy                     Yves Bonnefoy
Sources (*) :                
Yves Bonnefoy - "Goya, les peintures noires", Ed : Editions du Regard, 2006,

Goya, les peintures noires (Yves Bonnefoy, 2006) [Goya]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

p7 : Avant--Propos.

 

p17 : I. L'apprentissage de soi.

p37 : II. Retour sur les moments décisifs.

p53 : III. Sur la voie des peintures noires.

p73 : IV. Les peintures noires.

p99 : V. La maison fermée, le départ.

p109 : VI. Le portrait de Leocadia.

p135 : VII. L'au-delà des peintures noires.

p155 : VIII. Un dernier tableau, à Bordeaux.

 

Les peintures noires de Goya n'épuiseront jamais les commentaires. Alors que Goya inaugure une nouvelle fonction de l'artiste, elles annoncent et dénoncent en même temps le début de la modernité, ses menaces, sa fin et son néant. Elles sont porteuses d'une dimension indicible, liée peut-être à la surdité de Goya, qui disloque le moi et l'empire des images. Par le dessin ou la peinture, elles expriment ce que seul le peintre peut montrer en un seul geste : le non-sens et une infinie compassion.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

Le dessin est la capacité de la main à surpasser la pensée par un tracé retenant des aspects ordinairement restreints par les significations

Avec la surdité de Goya (1792) commence un nouveau regard sur le monde, et aussi sur la fonction de l'artiste

Il n'y a rien dans la société ni dans l'existence qui ait valeur proprement humaine, sinon le dévouement totalement désintéressé, la compassion absolue

Les peintures noires de Goya disloquent l'empire des images sur l'être-au-monde

Dans la peinture de Goya s'ouvre un abîme nocturne : du hors langage, du non dicible, un tout-autre qui pourtant est en nous, un au-delà absolu de toute pensée nôtre

Peu après son installation dans la maison du Sourd (Quinta del Sordo) en 1819, Goya tombe à nouveau malade

A partir de Goya, le peintre moderne affronte le néant

La couleur musicalise les apparences, offrant d'écouter dans ce qui est vu des rapports de ton qui semblent porteurs de sens

Les peintures noires de Goya montrent ce que seul le peintre peut montrer : le non-sens, l'horreur, l'ininterprétable, le censuré

Le premier-plan du tableau est celui de l'être; au fond est l'impensé

L'esquisse est le moment premier de l'oeuvre qui précède l'ébauche : le geste originel, inconscient, qui bouleverse les règles de la pensée que le tableau terminé reflètera

Les peintures noires de Goya retiennent les menaces que l'on sent à l'état latent dans les foules

En 1792, un mal laisse Goya absolument sourd et libère son imagination

Goya tente d'en finir avec le moi au moment précis où il surgit dans la peinture (Géricault, Delacroix, Friedrich)

Le chien (Goya, Quinta del Sordo, 1820-23)

Goya, les peintures noires (Yves Bonnefoy, 2006) [Goya]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
BonnefoyParcours

ZB.BIB

YYA.2006.Bonnefoy.Yves

Rang = ZBib_Bonnefoy_Goya
Genre = -