Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'être de la photo est insituable                     L'être de la photo est insituable
Sources (*) : Esthétique indicielle               Esthétique indicielle
Stanley Cavell - "La projection du monde, Réflexions sur l'ontologie du cinéma", Ed : Belin, 1999, p44

 

-

Sur le Contemporain

[Nous ne savons pas situer ontologiquement la photographie : ce n'est ni la chose elle-même, ni une représentation]

Sur le Contemporain
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Bien que cela n'ait pas été évident d'emblée dans son histoire, la photographie n'est pas la peinture. Elle ne nous présente pas des portraits des choses, mais la chose elle-même, dans son unicité. Bien sûr, ce n'est pas l'objet en chair et en os, mais c'est quand même l'objet.

Nous ne savons pas penser la liaison entre une photographie et ce dont elle est la photographie. L'image n'est ni une réplique, ni une relique, ni une ombre, ni une apparition : elle a quelque chose de commun avec tous ces termes, et en plus une aura d'histoire ou de magie. Nous avons tendance à oublier à quel point ces choses sont mystérieuses.

Avec la photographie, nous voyons des choses qui ne sont pas présentes - bien que la photographie, elle, soit présente -, ce qui est impossible avec la vision usuelle. On ne peut pas se débarrasser de l'original : il est toujours aussi présent.

Les photographies sont le produit d'une fabrication. Ce qui est fabriqué est une image du monde. La photographie triomphe de la subjectivité d'une manière dont la peinture n'avait jamais rêvé : par l'automatisme. Mais ceci entraîne une crise de la relation entre le corps et l'image, une tension entre différents régimes de représentation.

-------

Avec la photographie, l'acte de vision n'est plus conçu comme spirituel, mais comme un mécanisme, une matérialité.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'essence de la Photographie, qui la rend unique, c'est qu'elle ne se distingue jamais de son référent; ce qu'elle reproduit à l'infini n'a eu lieu qu'une fois

-

Le monde d'une peinture est limité par son cadre, tandis qu'une photographie est photographie du monde

-

La peinture accepte le retrait du monde, tandis que la photographie maintient l'être-présent du monde en acceptant que nous en soyons absents

-

L'"Action Painting" a retenu du surréalisme une idée plutôt qu'une manière : l'automatisme, qu'on trouve aussi dans la photographie et le cinéma

-

La photographie dévoile la matérialité fondamentale de l'acte de vision, autrefois conçu comme une affaire de conscience ou de spiritualité

-

Une crise a éclaté entre le corps et l'image : la crise de la référence

-

Une photographie porteuse d'une tension entre plusieurs modes de représentation peut être dite "pensive"

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Cavell
PhotoMoins

AA.BBB

IndicielCtp

LR.LLR

PlanSite

GE.OKK

DE_PhotoMoins

Rang = N
Genre = -