Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'être de la photo est insituable                     L'être de la photo est insituable
Sources (*) : Le cadre, convention précaire               Le cadre, convention précaire
Stanley Cavell - "La projection du monde, Réflexions sur l'ontologie du cinéma", Ed : Belin, 1999, p51

 

-

Le monde d'une peinture est limité par son cadre, tandis qu'une photographie est photographie du monde

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Si je désigne un bâtiment sur une photo, je peux demander ce qu'il y a derrière, mais si je le désigne sur une peinture, cette question n'a généralement aucun sens. Dans le cas de la photo, la question a une réponse dans la réalité, tandis que la peinture n'est pas en continuité avec le monde de son cadre. Une peinture est un monde, tandis qu'une photographie est photographie du monde. Une photo est découpée par l'appareil-photo dans un champ plus vaste, mais un tableau n'est pas découpé (sauf certaines peintures contemporaines qui peuvent avoir trouvé des moyens d'expression sans cadre), il est encadré. La photo exclut le reste du monde, sans le supprimer.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Cavell
PhotoMoins

ED.LED

ArtCadre

DF.LFD

T.parergon

Rang = L
Genre = MH - NP