Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Notre monde se touche                     Notre monde se touche
Sources (*) : Téléphone, tu nous tiens               Téléphone, tu nous tiens

 

Woody Allen en 1965 -

D'après un mail de Gérard Dalmon sur e-critures.org, lu le 17 septembre 2007.

Internet, toujours présent!

Le téléphone n'existe que dans la communication vocale, tandis que l'Internet, fait de mémoire, d'enregistrements, de codifications et d'archives, existe comme tel

Internet, toujours présent!
   
   
   
                 
                       

 

Le téléphone est un outil de communication entre deux personnes qui assure la "communion de deux âmes" (selon Proust). La communion s'arrête quand l'une des âmes raccroche... Elle est interrompue, oubliée. Le fil est rompu. Rien n'est mémorisé. Le téléphone n'a pas enregistré cette communion. De la voix est échangée, des sons produits par le larynx et les cordes vocales qu'une oreille reçoit. Plus tard, peut-être, les deux âmes se rappelleront au téléphone pour continuer leur communion vocale/auditive.

Le téléphone a besoin de la répétition pour exister. Il n'existe pas en soi-même. Il n'est rien en dehors de l'instant qui unit deux interlocuteurs. Ses caractéristiques sont différentes de celles de l'Internet. L'Internet est la mise en relation de plusieurs âmes à travers des mémoires, des données. Si l'une de ces âmes se déconnecte, il continue d'exister sans moi. Sa nature n'est pas analogique, mais digitale.

L'Internet se passe de la répétition pour se renouveler, se multiplier, exister. Il enregistre ses propres modifications. Le téléphone sonne, une âme m'invite à communier. L'Internet ne sonne jamais, je me connecte à lui à n'importe quel moment car je sais qu'il est toujours là. Il n'est pas une extension du téléphone : leur matière, leur logique sont de nature différente.

 

 

Le téléphone se caractérise par une polarité présence/absence (dans le temps et dans l'espace). L'interlocuteur est soit présent, soit absent, et quand il est présent, je suis séparé de lui par un océan d'absence. Mais l'Internet, toujours virtuellement présent, n'est jamais proche par la voix. C'est plus un espacement qu'un lieu défini. Le téléphone se meut dans un espace vocal, et l'Internet dans un espace de dissémination.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Auteurs
CtpContact

WE.LEC

IVocalTelephone

ED.LED

InternetPresence

DF.LDF

UTelephoneCommuniq

Rang = QTelephoneCommunic
Genre = MK - NP