Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'hypertexte, indéfiniment ouvert                     L'hypertexte, indéfiniment ouvert
Sources (*) : Valoriser l'hétérogène               Valoriser l'hétérogène

 

Carnet pli - report bleu (Jean De gottex, 1977) -

Condensation d'un post de Yann Leroux sur la liste Cybertexte, reçu le 21 septembre 2007.

L'hyperlien est un pli : zone sensible où le texte s'enroule sur un hétérogène, un en-plus

   
   
   
                 
                       

 

Je promène le curseur sur la page. Je me focalise sur une zone sensible. Le survol d'un hyperlien produit un petit miracle : la flèche s'arrondit et se transforme en une main à l'index dressé. Il ne reste plus qu'à répondre à l'invite et à appuyer sur le lien pour être transporté à la fois ailleurs [une autre page, un autre serveur] et au même endroit [le même navigateur].

Cette sensibilité d'une zone particulière fait de l'hyperlien une commémoration. Ce qui est commémoré peut être le traumatisme passé de l'éventration du texte, l'exacerbation due au rapprochement de deux éléments trop différents, ou encore l'arrachement d'une séparation.

L'hyperlien défigure le texte, c'est un élément qui lui est hétérogène. Il indique un en plus, voire même un excès. En ce point précis, le texte à été modifié, édité. Torturé serait même le mot exact. Ses entrailles ont été mises à nu. Et refermées.

L'hyperlien est un pli. Sur la surface lisse et plate de l'hypertexte, le regard s'accroche. Dans les immensités numériques, il cherche un accroc, une butée, un lien. Il est une zone ou le texte s'enroule, se condense, se concentre, s'enrichit d'un ailleurs.

L'hyperlien est une trace. Il garde une mémoire les actions qu'il subit.

L'hyperlien est une voie d'abord. Il indique un accès possible dans le corps de l'hypertexte. Il rend palpable, indique son épaisseur, et invite à l'incise.

L'hyperlien est double. En lui coexistent deux écritures : celle qui se donne à voir, coquette et séductrice sans sa robe bleue soulignée, cache une écriture secrète qui la rend possible. Pas l'une sans l'autre, voila le lien qui les unit. Sans l'une, l'hyperlien retombe dans la banalité du texte. Avec elle, tout texte devient hyperlien.

L'hyperlien est une écriture. Il est à la fois à la surface et à l'intérieur du texte.

 

 

L'hypertexte, selon cette logique, est à la place de l'hymen, cette membrane qui peut se déchirer mais, malgré le déchirement, reste vierge et laisse intact le secret [de la femme]. Quand je clique sur un hyperlien, je laisse le texte intact tout en le déchirant. Je mets en oeuvre la loi de l'hymen, qui est celle de la dissémination.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Auteurs
InternetTexte

FP.LFP

ProHeteros

DU.GHA

T.hypertexte

Rang = O
Genre = MJ - NA