Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Stanley Cavell                     Stanley Cavell
Sources (*) :                
Stanley Cavell - "La projection du monde, Réflexions sur l'ontologie du cinéma", Ed : Belin, 1999,

La projection du monde - Réflexions sur l'ontologie du cinéma (Stanley Cavell, 1979, traduction datée de 1999) [LPDM]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

p7 : Avant-propos

p16 : Note bibliographique

p17 : Préface

 

p27 : 1. Une autobiographie de camarades.

p42 : 2. Choses vues et entendues.

p51 : 3. Photographie et écran.

p54 : 4. Le public, l'acteur et la star.

p58 : 5. Les types; les cycles constituent des genres.

p68 : 6. Des idées sur l'origine.

p72 : 7. Baudelaire et les mythes du cinéma.

p79 : 8. Le militaire et la femme.

p88 : 9. Le dandy.

p95 : 10. La fin des mythes.

p104 : 11. Le moyen d'expression du cinéma et ses vecteurs.

p111 : 12. Le monde comme mortel : l'âge absolu et la jeunesse.

p118 : 13. Le monde comme totalté : la couleur.

p141 : 14. L'automatisme.

p150 : 15. Digression sur un aspect de la peinture moderniste.

p163 : 16. La monstration et l'auto-référence.

p172 : 17. La caméra sous-entendue.

p180 : 18. Les affirmations de certaines techniques.

p198 : 19. Reconnaître le silence.

 

p213 : Note.

p215 : Supplément.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Nous ne savons pas situer ontologiquement la photographie : ce n'est ni la chose elle-même, ni une représentation]

[Le risque du cinéma, c'est de comprendre autre chose ou plus que ce que le film raconte]

Au cinéma, le public est absent mécaniquement : il est invisible et inaudible pour les acteurs

La peinture accepte le retrait du monde, tandis que la photographie maintient l'être-présent du monde en acceptant que nous en soyons absents

Le cinéma est le seul art dont on peut dire qu'il est important pour tout le monde, le seul art traditionnel vivant

Les films ont une tendance au démocratique : l'individualité y prend naturellement le pas sur le social

L'"Action Painting" a retenu du surréalisme une idée plutôt qu'une manière : l'automatisme, qu'on trouve aussi dans la photographie et le cinéma

Au cinéma, la couleur peut servir à unifier le monde projeté, autrement que par sa cohérence spatio-temporelle

En dépit de sa date récente et de faits techniques bien connus, l'origine du cinéma reste obscure : un désir magique de recréer le monde

Explorer le cinéma comme moyen d'expression, c'est explorer un cercle entre la compréhension du film et les éléments matériels qui entrent en jeu

La liberté des héros de cinéma n'est rien d'autre qu'un fantasme; et s'ils risquent quelque chose, c'est leur moi

En se liant à la réalité (mimesis), la peinture voulait de la présence - pas la conviction de la présence du monde à nous, mais celle de notre présence à nous au monde

Pollock a révélé l'une des conditions d'existence de la peinture : elle est plane et totalement là, absolument ouverte face aux sens

Quand les oeuvres "sérieuses" sont engagées dans un processus de remise en cause de leur rapport à la tradition, on passe dans la situation moderniste

Si le cinéma nous semble plus naturel que la réalité, c'est parce qu'il est un répît par rapport à nos propres fantasmes et à nos propres rêves

Les personnages de Godard sont dépourvus de fantasmes - et donc de passé, de présent et d'avenir

Le monde d'une peinture est limité par son cadre, tandis qu'une photographie est photographie du monde

Avec le cinéma, le visionnement est devenu notre mode naturel de perception : voir le monde en ayant le sentiment de n'être pas vu

Certains moments de films visionnés il y a des décennies vous harcèlent aussi vivement que des moments de votre enfance

Le 19ème siècle avait découvert l'auto-dramatisation du moi (romantisme) et de la société (révolutions); nous avons découvert l'adolescence

L'écran n'a pas de frontière; il est un cadre qui me sépare du monde du film

La projection du monde - Réflexions sur l'ontologie du cinéma (Stanley Cavell, 1979, traduction datée de 1999) [LPDM]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
CavellParcours

ZZ.LOD

YYA.1999.Cavell.Stanley

Rang = ZZ_Cavell_LPDM
Genre = -