Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Être, monde, chose                     Être, monde, chose
Sources (*) :              
Maurice Merleau-Ponty - "Le visible et l'invisible", Ed : Gallimard, 1964, p57

 

Toilette (Christian Krohg, 1900) -

L'ouverture au monde est l'expérience de la chose qui est pensée, mais ne peut être réduite à la pure pensée

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'expérience du monde recommence chaque matin chaque fois que j'ouvre les yeux. Cette ouverture est une initiation au monde. C'est une relation avec l'objet, mais pas seulement : il faut la replacer dans la pensée, qui est une relation plus sourde avec le monde.

Le monde est notre lieu natal parce que, comme esprits, nous en sommes le berceau. Il n'est pas l'image en miroir de la constitution interne. La réflexion s'inspire à chaque instant de sa présence préalable, elle est un effort pour fonder le monde existant sur une pensée du monde. Pour constituer le monde, il faut avoir notion du monde comme préconstitué : la réflexion se retourne vers l'épaisseur du monde pour l'éclairer, mais ne lui renvoie que sa propre lumière.

La nécessité des démarches réflexives est suspendue à l'"hypothèse monde". Il y a pour moi expérience d'un monde, je peux le voir, la pensée fait appel à ce possible-impossible.

La réflexion et la foi perceptive renvoient l'une à l'autre.

Il faut choisir cette ouverture plutôt que le dogmatisme de la réflexion.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MerleauPonty
ChoseEtre

GE.LGE

U.ouverture

Rang = N
Genre = MR - IB