Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Jean - François Lyotard                     Jean - François Lyotard
Sources (*) :                
Jean-François Lyotard - "Discours, figure", Ed : Klincksieck, 1974,

Discours, figure (Jean-François Lyotard, 1974) [DF]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

p9 : Le parti-pris du figural

p25 : Signification et désignation

p27 : Dialectique, index, forme

p53 : Recessus et surréflexion

p73 : Signe linguistique?

p91 : Effet d'épaisseur dans le système

p105 : L'épaisseur au bord du discours

p117 : Le Non et la position de l'objet

p131 : Appendice : S. Freud, la (dé)négation

p135 : L'opposition et la différence

p163 : Veduta sur un fragment de l'"histoire" du désir

p209 : L'autre espace

p211 : La ligne et la lettre

p239 : "Le travail du rêve ne pense pas"

p271 : Connivences du désir avec le figural

p281 : Le désir dans le discours

p327 : Fiscours, digure, l'utopie du fantasme

p355 : Retour, auto-illustration, double renversement

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Le figural est dans le discours, dehors, et aussi au bord]

[Il y a dans le monde une épaisseur, une différence constitutive, qui n'est pas à lire, mais à voir]

[Au bord du discours prend place un "espace de désignation" : où le discours s'ouvre sur le sensible, l'indication, l'intentionnalité et aussi le dessaisissement]

[Il y a dans tout signe une impulsion vers le désigné, le signifié, le sensible, l'immédiat]

[La "profondeur" d'une couleur ou d'une ligne est sa capacité à susciter une attente, à manifester un sens caché]

Cézanne déconstruit l'homogénéité de l'espace

La peinture a pour impulsion souterraine le laisser-être du désir

L'art indique une fonction de la figure qui dément le discours

Il faut dissocier la "différence" (relation entre états hétérogènes) de l'"opposition" de type linguistique (écart réglé entre termes d'un même système)

La figure-image (qui exprime le sens) et la figure-forme (hors langage) se redoublent l'une l'autre dans l'espace figural

La Renaissance a opéré un travail de désintrication du figural et du textuel : exclure la figure du discours; produire le visible en tant que tel

Pour dire la vérité là où l'on ne l'attend pas, où elle détonne dans le discours, il faudrait un livre qui déconstruise le temps linguistique

Dans toute parole ou discours, une épaisseur ou une opacité du sens se distingue des significations du langage portées par le signe

Tout signe désigne quelque chose à faire voir, un invu, un objet absent que la parole rend présent

La différence est, comme le processus primaire, indifférente à l'ordre temporel; elle est la non-temporalité que cet ordre vise à réduire

Pour la peinture moderne, le tableau est un objet où se montre l'engendrement des objets, l'activité transcendante même

Le caractère propre du visible est la différence

La réalité et l'art ont affaire à ce qui s'est perdu lors de la déflagration initiale du langage, et qu'il faut retrouver

Entre l'espace de la signification (système de la langue) et celui de la désignation (sensible) se glisse un autre espace, figural : celui du désir où travaille la vérité

On ne peut saisir le geste de parole qui crée la signification dans sa fonction constituante que par la déconstruction

En éliminant la différence, le champ visuel se constitue en système langagier "qui parle" par couleurs, lignes et valeurs

Le Dieu de la physique est pur langage, texte sans ombre toujours présent à tous; l'espace n'y est plus à voir, mais à entendre

Mallarmé montre que l'autre de la signification - le figural - peut venir habiter le discours

Cézanne désire que la montagne Ste-Victoire cesse d'être un objet de vue pour devenir un événement dans la vision : c'est ce que le phénoménologue ne peut pas comprendre

Nous appartenons à la révolution cézannienne et freudienne des années 1880-1930 grâce à laquelle nous pouvons comprendre celle de la Renaissance

Discours, figure (Jean-François Lyotard, 1974) [DF]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
LyotardParcours

B1.974

YYA.1974.Lyotard.Jean-Fran&Rang = ZZ_BIB_Lyotard_DF
Genre = -