Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Avant-garde = mouvement                     Avant-garde = mouvement
Sources (*) : Et tu seras performative, mon oeuvre               Et tu seras performative, mon oeuvre
Stéphane Eladdus - "Un monde sans mère", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 9 novembre 2007

 

-

[L'avant-garde rejette toutes les conventions et traditions qui contrecarrent son propre mouvement]

Autres renvois :
   

Le readymade

   

Modernisme

   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

Le problème des avant-gardes, c'est qu'on n'arrive jamais à s'en débarrasser. Elles reviennent toujours sous un nouveau déguisement. On aurait pu imaginer que le post-moderne allait les aplatir, les relativiser au nom de l'anachronisme général de l'art moderne. Mais voilà : les artistes y rêvent toujours et encore, comme si la figure d'un art radical était le propre de l'art contemporain, ou comme si le mouvement était tellement ancré dans la tradition qu'il était devenu impossible de faire de l'art sans lui.

L'art radical recherche le dissensus, l'hétérogène, afin de l'incorporer ou de se l'intégrer à lui-même. Dans un premier temps, les oeuvres ainsi produites choquent la morale ou le sens de la beauté. Elles semblent étrangères, aussi inassimilables que les assassins, les Roms ou les Juifs. Mais cette hétérogénéité ne dure pas. Toujours l'art d'avant-garde (comme tout art) finit par s'institutionnaliser. Il ne brise les règles établies que pour asseoir l'autorité des règles qui découleront de ce qu'il aura fait. Son rapport au politique repose sur le même modèle, il ne se pose en adversaire radical des appareils de l'espace public que pour en instituer d'autres, qui formeront le prochain ennemi qui légitimera la prochaine avant-garde.

Rejeter toute tradition implique de privilégier le présent, l'immédiat. Il faut un choc, un déchirement vécu, sensible (même s'il dure peu). Il faut aussi se désintéresser, au moins provisoirement, du spectateur.

Une avant-garde ne supprime pas les lois existantes. Elle se débarrasse de certaines conventions inessentielles à son projet, mais garde celles qui confortent sa propre forme. Il s'agit d'aller jusqu'au bout de ses procédures, ce qui peut la conduire soit à l'épuisement, comme ce fut le cas pour le cubisme, soit à une étrange capacité de renouvellement à l'identique, comme le cinéma en montre l'exemple protéiforme.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Notre époque est celle de la dissémination du mouvement]

-

L'idée d'une radicalité de l'art suppose une puissance singulière de présence, d'apparition et d'inscription, capable de déchirer l'ordinaire de l'expérience

-

Le discours dirigé contre les avant-gardes rejoint dans les années 20 les reproches faits aux juifs : dissoudre la tradition, dénaturer l'art national, manquer de racines

-

L'art d'avant-garde, symbole d'un consensus impossible et symptôme d'un dissentiment inévitable, est un procès d'incorporation de l'hétéronomie

-

L'artiste ou l'écrivain postmoderne travaille pour établir les règles de "ce qui aura été fait"

-

Entre 1905 et 1925, les avant-gardes artistiques se sont revendiquées comme présentistes

-

Les avant-gardes artistiques et les écrivains modernes se désintéressent de leurs interlocuteurs, car il n'y a pas de "sujet universel" au nom duquel agencer des valeurs

-

L'avant-garde est la seule défense authentique de la tradition devant l'érosion du kitsch

-

Une des lois du modernisme est que les conventions non essentielles à la viabilité d'un medium sont rejetées aussitôt qu'elles sont reconnues

-

L'art abstrait émerge quand l'artiste d'avant-garde s'éloigne de tout modèle préalable, au point d'imiter les modes et les procédures littéraires et artistiques eux-mêmes

-

Tous les arts du 20ème siècle sont marqués par un processus de subversion radicale de leur propre forme, sauf le cinéma, car il prend la suite des grands récits mythiques

-

Vers 1915, l'avant-garde a dissocié l'art de la beauté, par rejet d'une société où beauté et moralité étaient liées comme valeurs suprêmes

-

Les cubistes ont appliqué jusqu'à épuisement les règles techniques qu'ils ont créées : après eux, aucun artiste ne pouvait les utiliser sans renoncer à créer son propre goût

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Stphane
ArtRadical

AA.BBB

ArtEvenement

EG.LEG

FN_ArtRadical

Rang = zQuois_ArtRadical
Genre = -