Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Merleau - Ponty, l'Être                     Merleau - Ponty, l'Être
Sources (*) :              
Maurice Merleau-Ponty - "Le visible et l'invisible", Ed : Gallimard, 1964, p57

 

Photo prise a Paris (Delayin, 23 juillet 2010) -

La pensée pure est une relation sourde avec le monde : il faut une surréflexion pour lui faire dire ce qu'il veut dire

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La relation avec l'objet ne contient pas l'essentiel de notre relation avec le monde. Il faut une ouverture, faire dire au monde ce que dans son silence il veut dire.

Le philosophe met la vision brute en suspens pour la faire passer dans l'ordre de l'exprimé. Comprendre, c'est traduire en signification disponible un sens d'abord captif dans la chose et dans le monde même.

La perception est prolongée par la réflexion. Au-delà, une surréflexion tient compte d'elle-même (la pensée) et ne perd pas de vue la chose brute. Elle réfléchit sur la transcendance comme transcendance. C'est une pensée qui s'enfonce dans le monde au lieu de le dominer. Elle prend au sérieux les problèmes : genèse du monde et genèse de l'idéalisation [contrairement à la pensée réflexive, qui se donne d'emblée l'idée vraie].

 

 

Que cette pensée soit sourde ne signifie pas que le monde soit silencieux, mais seulement qu'il est inaudible sans le corps.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MerleauPonty
MerleauEtre

DF.LFF

T.silence

Rang = O
Genre = MP - NP