Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Merleau - Ponty, l'Être                     Merleau - Ponty, l'Être
Sources (*) :              
Maurice Merleau-Ponty - "Le visible et l'invisible", Ed : Gallimard, 1964, p82

 

Le vide en appel de l'etre (Nata Tsvirka, 2011) -

Le néant n'est concevable qu'appelé par l'Être, car le vide à lui seul ne serait rien

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Si l'on dit du néant qu'il n'est pas, on le contamine de positivité : il n'est que l'envers de l'Être. Comment alors préserver sa pureté négative? En le voyant du coin de l'oeil comme le seul bord de l'Être. Il n'ajoute ni ne retranche rien à l'être, il est appelé par l'être comme le seul supplément qui lui soit concevable.

Selon Sartre, la connaissance comme pure pensée est néantisation, car elle réduit la chose à néant pour la penser (la chose n'est que le vide que je ménage autour d'elle). Mais je m'ignore comme néant, je ne crois qu'aux choses. Je ne suis donc rien (en ek-stase dans les choses). C'est la même chose de n'être rien et d'habiter le monde. Comme conscience, je suis inconnu de l'Etre-Chose.

 

 

Merleau-Ponty, constatant que la pensée du négatif pur conduit à penser dans l'identité, cherche à sortir de cet immanentisme. Nous vivons dans un monde où corps et esprit vont ensemble. Il n'y a que de l'Être : le rien, lui aussi, est ajusté à l'être.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MerleauPonty
MerleauEtre

ND.NND

Q.desête

Rang = N
Genre = DET - DET