Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Angeline Lafauchais                     Angeline Lafauchais
Sources (*) :                
Angeline Lafauchais - "L'invocation d'autrui", Ed : Galgal, 2007, -

L'invocation d'autrui (Angeline Lafauchais, 2007) [LIDA]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

Table

Pour Angeline, ce qui compte, c'est d'entendre. Souvent, elle se plaint du manque d'interlocuteurs. Elle est soucieuse. Si personne ne dit rien, elle a peur, elle se blottit dans un coin, comme si elle redoutait que le silence ne soit propice à des hallucinations. On pourrait dire que son problème est de remplir l'espace, ou bien de faire en sorte que quelqu'un occupe en permanence l'espace entre elle et la voix.

Cette perception a été le point de départ de sa thèse selon laquelle l'espace en sa totalité est matière auditive. Elle a trouvé une illustration de ce phénomène dans l'histoire de l'art : par exemple Van Gogh et l'usage particulier qu'il fait de la vibration. Elle s'est aussi intéressée à la religion (la prière, l'Annonciation).

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Pour que nous puissions y vivre et y habiter, il faut que le monde résonne au diapason de la voix]

[Pour qu'une oeuvre réponde, il faut qu'il y ait désir d'entendre, invocation - et que l'oeuvre résiste à ce désir]

[Entendre, c'est prendre pour soi ce qui vient de l'autre]

[La voix crée un espace qui s'interpose entre nous et le monde]

[Dans l'espace vocal, le tableau fonctionne comme caisse de résonance]

[En se laissant aller à la prière, on prend le risque de s'adresser au lieu le plus inconnu]

[Les peintures de Van Gogh vibrent à la place de son oreille]

La voix fait entendre l'entre-deux

La voix vibre partout

Les paysages soutiniens sont des espaces d'invocation

La voix est ce qui résonne ailleurs

Une voix incorporée féconde

Ferdinand Hodler peint l'eurythmie

Par sa peinture, Van Gogh fait don d'une partie vivante de lui-même (son oreille)

Van Gogh s'est tranché l'oreille pour réduire au silence les voix qui lui reprochaient de jouir de la vision pure

L'invocation d'autrui (Angeline Lafauchais, 2007) [LIDA]

[Angeline Lafauchais]

Les plus proches amis sont incapables d'énoncer les lignes de pensée qui les réunissent

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
AngelineParcours

ZZ.LID

YYB.2007.Lafauchais.AngelinRang = ZZ_BIB_Lafauchais_LDA
Genre = -