Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
David Haziot                     David Haziot
Sources (*) :                
David Haziot - "Van Gogh (biographie)", Ed : Gallimard - Folio, 2007,

Van Gogh (David Haziot, 2007) [VG]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Cette biographie est, comme toute biographie, un récit chronologique. Mais elle n'est pas que cela, car David Haziot donne des points de repère dans un art extraordinairement impudique et émotionnel. On connaît la souffrance psychique de Van Gogh. Il est stupéfiant de constater qu'elle n'empêche pas l'intense plaisir qu'on ressent à voir ses oeuvres. D'où vient-il? D'une association unique entre trait, couleur, espace vide et écriture picturale, qui crée un rapport immédiat, quasiment mystique, avec l'objet. Vincent s'engageait tout entier dans cette aventure. Il y mettait son intimité, son humanité, son amour pour le monde et sa foi en l'avenir. La religion de sa jeunesse, son espoir de salut, les liens étroits qu'il avait eus avec son père et sa mère, toute sa généalogie s'y sublimaient. Quand il a cru échouer, il n'était plus rien, la folie le guettait.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[La peinture de Van Gogh est apparue aux contemporains comme extraordinairement impudique, car plus rien n'arrête l'oeil]

L'art, c'est l'homme ajouté à la nature

La couleur de Van Gogh est le jaune : celui de la clarté suprême de l'amour

Après un échec amoureux à l'âge de 20 ans, Van Gogh perd l'estime de soi et veut n'être rien, et si possible moins que rien

Van Gogh, très en avance sur son temps, invente le trait brut qui libère l'émotion avec la trace (Pêchers en fleurs, 1888)

Van Gogh devient fou car il croit Gauguin, figure paternelle, quand il déprécie sa peinture (Souvenirs du jardin d'Etten, 1888)

Van Gogh préserve l'inachèvement, la suggestion, les vides où l'oeil s'engouffre pour rêver

Pour Van Gogh le tableau n'est pas une image : l'oeil s'y promène comme à la campagne et y jouit du même bonheur, si l'artiste a peint avec vérité (Champ de blé au soleil, 1888)

Van Gogh recherche une fusion totale avec l'objet dans son immédiateté et sa présence réelle

Peintre, pasteur et frère d'un enfant mort : Van Gogh a porté le poids de sa généalogie

Quand Van Gogh se met définitivement à la peinture (1881-82), il rompt avec son père et avec la religion

Van Gogh est attiré par le suicide car l'acte de peindre le sauve autant qu'il le damne (Cyprès dans la nuit étoilée, 1890)

Après sa crise du 24 décembre 1888, Vincent Van Gogh a perdu sa foi en l'avenir

L'amour de Théo Van Gogh pour son frère n'a cessé de croître au spectacle de sa souffrance indicible, pour atteindre une grandeur quasi mystique (Deux peupliers, 1888)

L'effort pour fusionner trait, graphisme et touche de couleur en une écriture automatique est le nerf de l'art de Vincent Van Gogh

Van Gogh (David Haziot, 2007) [VG]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
HaziotParcours

VG.BIO

YYA.2007.Haziot.David

Rang = ZZ_BIB_Haziot_VG
Genre = -