Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Archi - oeuvre, modernité                     Archi - oeuvre, modernité
Sources (*) : L'archi - oeuvre               L'archi - oeuvre
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 5 février 2008 L'espace de dissémination

[Il n'est pas d'oeuvre, aujourd'hui, qui ne soit travaillée par l'archi-oeuvre]

L'espace de dissémination
   
   
   
Oeuvre, technosciences Oeuvre, technosciences
L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire               L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire    
                       

La photographie., chronologiquement et ontologiquement, est le point de départ de l'art moderne. Elle ne dit rien, mais exprime plus que ce qu'elle montre. C'est le début d'un défaut de maîtrise (une différance), qui a progressivement envahi de larges secteurs de l'art et l'a rendu inassimilable.

Il a fallu que les artistes se dégagent de leur milieu pour aller dans cette voie, comme en témoignent entre autres Goya, Manet, Van Gogh. Les contemporains l'ont ressenti comme une insupportable impudeur. Certains ont ri, d'autres ont réagi par un intense et profond dégoût, d'autres encore ont, dès le départ, compris que l'enjeu était la relance du désir. Quelque chose était en cours, c'était inarrêtable. Entretenir l'art par accroissement des tensions plutôt que par leur atténuation ou leur épuisement dans la rhétorique ou la beauté apparaissait comme une nouveauté radicale. Pourquoi? On peut parfois repérer ce qui ressemble à une cause : des événements historiques (Goya), des contradictions dans les exigences de l'art (Manet) ou des conflits mentaux (Van Gogh). Mais ces causes, bien réelles, entrent dans un trouble plus vaste, un brouillage plus profond, un mal d'archive qui affecte le voir et le savoir et ne cesse d'arriver, chaque fois événemant, moment unique absolument imprévu, irréductible à tout enchaînement de raisons.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La modernité se fonde sur la différance, tandis que le modernisme est un prochain classicisme

-

Le phénomène contemporain de l'archi-oeuvre peut toucher à tout ce qui, aujourd'hui, se présente comme art

-

Nous vivons aujourd'hui un "mal d'archive", un trouble qui brouille le voir et le savoir

-

La peinture est, pour Van Gogh, un acte d'intelligence supérieure qui lui permet de prévenir l'effondrement qui approche

-

En offrant une prime de plaisir, l'image d'art génère une tension supplémentaire qui maintient le désir

-

La valeur biologique de l'art, c'est que chaque création provoque un accroissement du disparate et un renforcement de la tension des expériences vécues

-

L'oeuvre photographique est une mise en demeure qui commande le silence : devant elle, il faut savoir se taire

-

[La peinture de Van Gogh est apparue aux contemporains comme extraordinairement impudique, car plus rien n'arrête l'oeil]

-

Les oeuvres d'art sont des barrières provisoires et vaines à des événements non maîtrisables qui risquent de les dissoudre

-

[Une oeuvre déliée du logocentrisme viendrait à la place du dégoûtant : irreprésentable, innommable, elle serait impossible à arrêter, même par le mot qui la désigne]

-

Un art tout-autre ne se laisserait ni questionner, ni nommer, ni arraisonner, son énergie resterait inassimilable et absolument refoulée

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
OeuvreCtp

AA.BBB

MQiArchiOeuvre

MJ.QBB

MQiEDiss

DG.LGG

ArchiOeuvreTech

GF.LFG

OeuvrePrincipe

HG.LLK

GT_OeuvreCtp

Rang = VAO-06000
Genre = -