Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Un témoignage donné", Ed : in "Questions au judaïsme" Desclée de Brouwer, 1996,

Un témoignage donné, in "Questions au judaïsme" (Jacques Derrida, 1996) [UTD]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Les entretiens rapportés dans ce livre ont en lieu entre mars et décembre 1991. Le livre a d'abord paru dans une traduction allemande en 1994. Celui de Jacques Derrida est daté de "Ris-Orangis, le 13 septembre 1991". Il est retranscrit par Elisabeth Weber.

 

p7 : Préface : "Les enfants cadets de la République", par Elisabeth Weber.

 

Entretiens d'Elisabeth Weber avec :

p49 : Pierre Vidal-Naquet : "Contre les assassins de la mémoire".

p73 : Jacques Derrida : "Un témoignage donné".

p105 : Rita Thalmann : "Résistantes".

p135 : Emmanuel Lévinas : "L'humanité est biblique".

p153 : Léon Poliakov : "Humanité, nationalité, bestialité".

p183 : Jean-François Lyotard : "Devant la loi, après la loi".

p213 : Luc Rosenzweig : "Né en 1943".

---

Répondant aux questions toujours très pertinentes d'Elisabeth Weber, Jacques Derrida reprend, autour du judaïsme, certains thèmes qu'il a développés ailleurs. Par exemple ce concept fondateur pour lui [mais pas pour le monde, ni pour l'univers], la différance, est-ce qu'il n'opère pas dans son oeuvre comme une eschatologie? Il ne dit pas non. N'a-t-il pas affirmé, une et même plusieurs fois, qu'il était le dernier des eschatologistes, ou encore le dernier des Juifs [ce qui, pour lui, va ensemble - trait d'union qu'on pourrait légitimement discuter]. Le judaïsme lui a été donné avec la langue et la circoncision. Il pourrait refuser cet héritage (ce qu'il ne fait pas), mais il ne peut ni savoir ce qu'on lui a donné, ni le rendre. Il lui reste à survivre avec (ou dans) les paradoxes de l'appartenance, les dissymétries de l'alliance, les incertitudes de l'identité, les impossibilités logiques et les apories qu'il ne cesse de déployer. Tout cela n'est pas spécialement juif, c'est universel. Il suffit de parler, et toc! qu'on soit un homme ou une femme, un européen ou un zoulou, on est d'entrée de jeu bien (ou mal) installé dans l'alliance de la circoncision. Il ne se prive ni ne se lasse jamais d'argumenter autour de cela, mais les preuves sont inutiles, il suffit d'en témoigner. L'extrême humanité de l'homme et l'extrême singularité d'un peuple se rejoignent dans une logique folle. Si le Juif a une place spécifique ou exemplaire dans cette histoire, c'est celle d'une surenchère dans l'écartèlement, dans la dislocation de l'identité.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

La différance, ce désir eschatologique d'originarité, est aussi le mouvement qui disloque et barre l'origine

L'expérience de ce qui nous fait naître à la langue est indissociable du don, de la circoncision ou de l'être-juif

Il faut apporter des preuves, laisser ouvert le débat scientifique, mais au final c'est le témoignage qui compte, la parole non rivée à la vue

Le simple fait de parler nous installe d'entrée de jeu dans l'alliance de la circoncision

Dire "Je suis Juif" est paradoxal : c'est dire, en même temps "Je suis, singulièrement, le peuple élu"; et "Je témoigne de l'humanité de l'homme"

Le Juif, cas exemplaire d'une identité comme non-identité à soi, est engagé dans une surenchère sans fond

Un témoignage donné, in "Questions au judaïsme" (Jacques Derrida, 1996) [UTD]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

1996_UTDUTD

YYA.1996.Derrida.JacquesGenre = -