Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Interpréter, c'est savoir                     Interpréter, c'est savoir
Sources (*) :              
Erwin Panofsky - "La perspective comme forme symbolique", Ed : Minuit, 1975, p255

 

Mars et Venus decouverts par les dieux (Joachem Wtewael, 1603) -

Pour interpréter une oeuvre d'art, nous nous appuyons sur trois couches de sens distinctes : le sens-phénomène, le sens-signification et le sens-essence

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

- le sens-phénomène. Il fait appel à l'expérience existentielle, vitale, du sujet. Pour décrire une oeuvre, il faut pouvoir reconnaître son contenu factuel. La connaissance des formes et des styles nous fournit des principes généraux de représentation et de perception, des noms, des critères qui nous permettent de donner un sens à des contrastes, des couleurs, des lignes, etc... C'est une couche primaire de sens avec laquelle nous constituons l'objet, nous le définissons comme chose ou expression. Il constitue déjà une interprétation.

- le sens-signification fait appel à des connaissances littéraires et religieuses, à un patrimoine culturel extérieur à l'oeuvre. Il faut pouvoir reconnaître des types iconographiques, les associer entre eux et son sens. C'est un second niveau d'interprétation nécessaire pour définir le genre artistique d'une oeuvre. Certains indices ou analogies permettent de se référer à des textes même quand ils ne sont pas cités directement. Ces indices n'étant pas toujours explicites, il faut parfois une enquête approfondie pour les comprendre.

- le sens-essence. Pour interpréter une oeuvre individuelle, il faut aussi mettre en jeu ce qu'elle n'exprime pas. Il faut faire appel à des idées, à une conception du monde. Il y a dans les tableaux une part d'inexprimé qui prend sa source dans une subjectivité. Il faut une certaine violence pour dire ce que la tradition n'aurait pas pu dire, en fonction du contenu de l'oeuvre considérée comme document, de son contexte. C'est la tâche la plus haute de l'inteprétation. Il faut se référer à l'oeuvre d'art, en dire ce qui est insu, unique ou nouveau.

 

 

En dévoilant les amants, que découvrent les dieux?

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Panofsky
InterSavoir

MC.LMC

U.sens

Rang = N
Genre = MR - IB