Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Surenchères de l'hypercinéma                     Surenchères de l'hypercinéma
Sources (*) : Cinéma, un monde               Cinéma, un monde
Gilles Lipovetsky - "L'écran global, Culture-médias et cinéma à l'âge hypermoderne, avec Jean Serroy", Ed : Seuil, 2007, p86

 

-

L'espace de dissémination

[L'hypercinéma en donne toujours plus : surenchère du débordement, du trop-plein, de l'outrancier, de l'obscène, du violent et du déréglé]

L'espace de dissémination
   
   
   
Sur le Contemporain Sur le Contemporain
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Depuis les années 80, le cinéma est pris dans une esthétique de l'excès et de la vitesse. Il faut toujours plus de couleurs, de sons et d'images. Profusion, pléthore et outrance sont données pour elles-mêmes. Il faut stimuler le spectateur, le solliciter, lui en mettre plein la vue : toujours plus foisonnant, plus exubérant, plus éclaté, plus frénétique, plus complexe et plus hétérogène. A l'horizon, le point de fuite est toujours plus paroxystique.

Le cinéma hypermoderne a horreur du peu, du moyen, du tempéré, du juste milieu. Le vice, la violence, le sadisme, le jeu, la déchéance, le chaotique lui font moins peur que l'ennui. Il en oublie les recettes traditionnelles du comique. L'obèse obscène, déréglé, a remplacé le gros. La minceur tourne à l'anorexie. Les conduites excessives sont montrées en direct. La violence est exhibée pour elle-même. Echappant à la vraisemblance, elle est l'essence même des films. Il faut la montrer en gros plan ou au ralenti pour accroître son impact. Au-delà de toute norme, de toute limite rationnelle, c'est au regard que la violence est faite. Le film se regarde lui-même : il se met constamment en abyme. Il explore la modernité dans tous ses moments. Même la présence est excessive.

Le porno est l'emblème de ce déchaînement maximaliste. L'affectif, le relationnel et le sens en sont radicalement exclus. On montre tout, y compris dans les films grand public. Ce qui était réservé au X devient monnaie courante : sodomies, masturbations, fellations etc... De vrais acteurs ont de vraies relations sexuelles en direct. La vulgarité gagne le langage des hommes et des femmes. Elle relève plus de la normalisation consommatrice que de l'émancipation. Par le désir de cinéma passent la publicité et du marketing, qui sont intégrés dans les films eux-mêmes.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'histoire du cinéma est marquée par quatre moments de la modernité : primaire, classique, moderniste et hypermoderne

-

Depuis les années 1980, un nouveau régime historique du cinéma émerge : l'hypercinéma qui dissémine son regard et son esprit dans tous les aspects de la vie

-

L'image de l'hypercinéma est excessive, hyperbolique, dérégulée et autoréférentielle

-

Dans le film contemporain, les structures narratives sont complexes et hétérogènes

-

L'hypercinéma se met en abyme en juxtaposant les dispositifs contraires : simplicité/multiplexité, immédiateté/distanciation

-

L'hypercinéma stimule le spectateur, le sollicite et le fait vibrer

-

Au cinéma, le dispositif fictionnel raccourcit radicalement les durées pour éviter le malaise et l'ennui; dans le même but la télévision doit introduire des simulacres de temps fictif

-

La publicité-marketing n'est pas une pièce extérieure, mais l'une des conditions de l'industrie cinématographique

-

Par la publicité, manifestation de l'écranophilie hypermoderne, passent le désir de cinéma et la surenchère hyperbolique

-

On peut comparer l'image cinématographique à la peinture hyperréaliste : par son excès de présence, elle s'affirme et s'explicite elle-même comme représentation

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lipovetsky
HyperCinema

AA.BBB

CinemaParcours

GH.LGH

MQiEDiss

FH.LHF

PlanSite

LN.LLN

HC_HyperCinema

Rang = O
Genre = -