Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Surenchères de l'hypercinéma                     Surenchères de l'hypercinéma
Sources (*) :              
Gilles Lipovetsky - "L'écran global, Culture-médias et cinéma à l'âge hypermoderne, avec Jean Serroy", Ed : Seuil, 2007, p131

 

-

L'hypercinéma se met en abyme en juxtaposant les dispositifs contraires : simplicité/multiplexité, immédiateté/distanciation

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le cinéma hypermoderne est paradoxal. Pris dans une logique d'excès, englobé dans l'immédiateté, il invente de nouvelles distanciations : clins d'oeil, allusions, citations, références. Il se regarde lui-même. Les films à succès s'inventent des suites ou des antériorités. La répétition produit un effet de surplomb, une distance. Les grands héros et les mythologies sont revisités. Certains remakes relisent les oeuvres, les réinterprètent ou en font surgir le refoulé; d'autres ont un but purement commercial. Mais un remake peut toujours en engendrer un autre. Comme dans les autres arts, les classiques peuvent être indéfiniment revisités.

En mettant des films (vrais ou faux) dans les films, on met le cinéma en abyme. Le cinéaste réfléchit sur son oeuvre. Il le parodie, le dédouble. On joue sur les grains différents : image pellicule / image vidéo / image numérique pour créer des enchâssements et des labyrinthes qui évoquent le souvenir, le fantasme, le rêve ou l'hypnose. On met en scène le tournage d'un film en entremêlant les scènes de l'un et l'autre : confusion de la vie et de la fiction, de la réalité et de l'imaginaire. Ici l'hypercinéma rejoint le métacinéma (cinéma réflexif et autocritique). Quand le cinéma s'interroge sur lui-même, c'est toute la société qui se retourne sur elle-même.

 

 

A la question Qu'est-ce que le cinéma? fait écho une interrogation sur l'épuisement de l'esprit de modernité. Quand on ne croit plus en rien, se déchaîne le jeu pur et jubilatoire des signes tournant sur eux-mêmes.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lipovetsky
HyperCinema

ED.LED

T.autoréférenRang = O
Genre = MH - NG