Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Prégnances, Lavis de Colette Deblé. Peintures", Ed : L'Atelier des Brisants, 2004,

Prégnances - Lavis de Colette Deblé. Peintures (Jacques Derrida, 1993) [Pregnances]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Ce texte a été publié en 1993 en tirage limité avec 7 lithographies de Colette Deblé, puis réédité en 2004 aux Editions de l'Atelier des Brisants avec le sous-titre "Lavis de Colette Deblé. Peintures" avec 80 photos de l'artiste mais sans aucune mention de la publication précédente. Il a été réédité en 2013 dans "Penser à ne pas voir, Ecrits sur les arts du visibles" (ESAV).

 Dans les propositions ci-après, c'est la pagination du texte de 2004 qui est utilisée (pp7 à 24).

-------

Les peintures et lavis de Colette Deblé sont pour Derrida l'occasion d'analyser une modalité particulière de citation picturale. En donnant au texte qu'il lui consacre le titre Prégnances, un mot qui renvoie à la gestation féminine, à l'imprégnation (mettre dans un autre bain où la ligne intacte sera transformée), à l'emprunt (empreindre, c'est emprunter), et aussi à une force pas encore venue (à venir) qui impressionne, qui s'impose par le forme, Jacques Derrida inscrit ce type de citation dans la série différance, œuvrance, etc. La pregnance serait, elle aussi, un mouvement actif, irréductible, d'auto-hétéro-affection.

"Elle écrit et décrit elle-même son travers, son amour de la traversée, en pleine eau, "à travers" - et c'est ainsi qu'elle fait travailler la citation comme travail de l'accouchement. Travail d'une parturiente. Rappelé ou anticipé dans la prégnance des générations" (Derrida, Prégnances, pp21-22).

cf : [Colette Deblé fait écho aux corps féminins de l'histoire de l'art; par le travail des citations elle les fait naître à nouveau, au-delà de la voix].

A partir de ces citations de l'"histoire de l'art", Colette Deblé fait oeuvre. En reproduisant des formes et des silhouettes de corps féminins telles qu'ils ont été précédemment représentés par d'autres peintres, elle engendre. C'est ce double rapport, de répétition et d'accouchement, qui intéresse ici Derrida. La femme-peintre ne cherche pas à restaurer une image authentique du corps féminin; elle introduit du jeu, du glissement, du flottement dans la maîtrise masculine [logocentrique et phallogocentrique] dont elle hérite malgré tout. Comme la nymphe Echo, elle met en mouvement une autre logique de la citation. En reprenant ou reproduisant d'anciens fragments de lignes, déjà vus et regardés mille fois, elle invente d'autre lignes absolument nouvelles. Son travail de la citation ne fixe pas le regard; il traverse, il joue "en vue" d'un autre travail, où il n'y a plus pour la femme de positions arrêtées et définies.

On pourra reproduire cette forme autant de fois qu'on le voudra, il s'agira toujours de la restitution d'un moment unique, comme en photographie.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Colette Deblé fait écho aux corps féminins de l'histoire de l'art; par le travail des citations elle les fait naître à nouveau, au-delà de la voix]

La citation est une traversée, un travail en vue de la naissance, un engendrement

Dans une "autre logique" de la citation, le fragment répété invente, il fait oeuvre à son tour - comme Echo répétant Narcisse

Dans la photographie, se révèle l'image tremblante d'une vérité silencieuse - reproductible en série mais chaque fois unique

En les signant de son nom, Echo réussit à transformer des fragments de phrases de Narcisse en paroles nouvelles qu'elle invente

Prégnances - Lavis de Colette Deblé. Peintures (Jacques Derrida, 1993) [Pregnances]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

1993_PREGNA

YYA.1993.Derrida.JacquesGenre = -