Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Avant-garde = mouvement                     Avant-garde = mouvement
Sources (*) : Cinéma, art populaire               Cinéma, art populaire
Gilles Lipovetsky - "L'écran global, Culture-médias et cinéma à l'âge hypermoderne, avec Jean Serroy", Ed : Seuil, 2007, p331

 

-

On ne croit plus aux méta - récits

Tous les arts du 20ème siècle sont marqués par un processus de subversion radicale de leur propre forme, sauf le cinéma, car il prend la suite des grands récits mythiques

On ne croit plus aux méta - récits
   
   
   
Ça se déconstruit Ça se déconstruit
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'art moderne est marqué au coin de la rupture, de la dissonance, de la transgression des limites. Tous les arts ont rompu avec les écoles et les styles précédents, ils les ont dénoncés jusqu'à se remettre en cause eux-mêmes. Mais le cinéma n'a pas suivi cette route "moderniste". Il n'a pas rompu avec l'opinion de masse. Il est resté dans la séduction narrative et esthétique.

Cette différence ne tient qu'en partie à la pression des exigences commerciales. Le cinéma a pris la suite des mythologies, des cosmogonies et des épopées que les hommes se sont toujours racontées pour faire face à leurs angoisses. Il a pris le relais des formes expressives qui remplissaient cette fonction primitive. C'est ce qui explique la force du cinéma américain : il dit ce qui fait la condition humaine, il offre les grands archétypes du récit contemporain. A travers tous les nouveaux modes de consommation, il crée du lien entre les hommes. C'est un objet commun, partagé, un lieu culturel où l'on vient communier, un rite, la cathédrale du siècle, la plus performante des machines à faire rêver et à donner l'illusion de la vie. Sa capacité à fusionner les arts lui donne une puissance sans pareille.

Cette fonction narrative-expressive-onirique du cinéma n'est pas en déclin. Les films événements sont des vecteurs essentiels de débats collectifs, y compris politiques. Surtout, le cinéma construit une perception du monde. En offrant une vision du monde, il fabrique de la réalité, ce qui constitue une sorte de révolution copernicienne.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lipovetsky
ArtRadical

IM.LIM

ArtCinema

HR.LHR

MetaRecits

QC.LCC

SeDeconstruit

RI.LRI

T.delart

Rang = K
Genre = MH - NP