Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Préjugés - Devant la loi, in "La faculté de juger"", Ed : Minuit, 1985,

Préjugés, devant la loi, in "La faculté de juger' (Jacques Derrida, 1985) [Prejuges]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Le livre intitulé "La faculté de juger" contient certaines des interventions prononcées à la décade de juillet-août 1982 de Cerisy-la-Salle, autour de Jean-François Lyotard. L'intervention de Jacques Derrida y prend la forme d'un texte de 52 pages.

 

Voici le sommaire du recueil de textes qui a été publié ultérieurement :

p7 : Avertissement, par Jean-François Lyotard

p9 : Dies Irae (Jean-Luc Nancy)

p55 : Considérations transcendantales (Vincent Descombes)

p87 : Préjugés, devant la loi (Jacques Derrida)

p141 : Le droit de la philosophie dans la controverse politique (Garbis Kortian)

p165 : Où en étions-nous? (Philippe Lacoue-Labarthe)

p195 : Judicieux dans le différend (Jean-François Lyotard)

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

Nous sommes, a priori, tenus de répondre devant la loi des préjugés que nous sommes

A l'origine de la loi, rien n'a lieu, rien de nouveau n'arrive, il est impossible de raconter l'événement qui inaugure l'interdit

A la question "Comment juger?", l'absence de critères est la loi, car s'il y avait des critères, il n'y aurait pas jugement mais savoir, technique, code ou simulacre de décision

La loi de la loi, c'est qu'il ne faut pas approcher, représenter ni pénétrer l'origine de la différance

Intituler un texte est un événement, un coup de force qui lui donne sa loi et en fait une institution

La loi est un rien qui, dans un lieu vide, diffère incessamment l'accès à soi

Dans le rapport à la loi comme dans le rapport sexuel, le Tabernacle reste vide et la dissémination fatale

Ce qui fait oeuvre est une perturbation dans le système "normal" de la référence, en rapport avec le jeu du cadrage et la logique paradoxale des limites

L'interdiction de la loi n'est pas une contrainte impérative mais une différance : "je t'ordonne de ne pas venir jusqu'à moi"

La loi de la loi, c'est qu'elle doit être sans histoire, sans genèse, sans origine, sans dérivation possible, elle ne doit donner lieu à aucun récit

Pour qu'une oeuvre littéraire surgisse comme telle, il faut que le texte, qui comparaît lui-même devant la loi d'un autre texte, ait le pouvoir de faire la loi

Le paradoxe du post-moderne, c'est que, bien que le jugement n'ait ni fondement ni critères, nous ne pouvons pas nous en débarrasser

Pour distinguer un récit fictif d'une "réalité", il n'y a pas d'autre critère que le consensus ou le jugement qui garantit la signature d'un "auteur"

Un titre est le nom propre d'une oeuvre ou d'un texte qui, en étant dedans et dehors, garantit conventionnellement son identité

Préjugés, devant la loi, in "La faculté de juger' (Jacques Derrida, 1985) [Prejuges]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

1985_PREJUG

YYA.1985.Derrida.JacquesGenre = -