Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Fredric Jameson                     Fredric Jameson
Sources (*) :                
Fredric Jameson - "Le Postmodernisme, ou la logique du capitalisme tardif", Ed : Beaux-Arts de Paris, 2007, Livre publié en anglais en 1992

Le Postmodernisme, ou la logique du capitalisme tardif (Fredric Jameson, 2007) [PostMod]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Ce livre a été publié en langue anglaise en 1991 (Duke University Press).

 

p15 : Introduction

p33 : CULTURE: La logique culturelle du capitalisme tardif

p105 : IDÉOLOGIE : Théories du postmoderne

p121 : VIDÉO : Le surréalisme sans l'inconscient

p161 : ARCHITECTURE : Equivalents spatiaux dans le système-monde

p201 : PHRASES : Lecture et division du travail

p231 : ESPACE : L'Utopisme après la fin de l'utopie

p265 : THÉORIE : Immanence et nominalisme dans le discours théorique postmoderne

p367 : ÉCONOMIE : Le postmodernisme et le marché

p391 : FILM : Nostalgie du présent

p415 : CONCLUSION : Elaborations secondaires

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Le postmoderne est un soulagement, un déblocage, la libération d'une nouvelle productivité que le modernisme avait gelée]

[Le trait commun à tous les postmodernismes est l'effacement de la vieille opposition, essentiellement moderniste, entre la grande Culture et la culture commerciale]

[Désormais les affects et sentiments du moi flottent, libres d'attaches et impersonnels]

[La culture postmoderne est toujours plus dominée par un hyperespace qui prévaut sur le temps]

[L'art culturellement dominant à l'époque postmoderne n'est pas le cinéma, mais la vidéo, dont le flux continu est porté par les médias]

[Dans le postmoderne, ce qui est en jeu n'est pas le nouveau, mais la répétition (ou la citation)]

[Le Pop Art et ses corollaires la Pop Histoire et les Pop Images, prennent acte de la perte du référent]

On peut considérer les éléments de la sphère culturelle contemporaine comme autant de logos

L'installation est un concept d'espace qui ne donne aucune garantie d'unité ni d'homogénéité

La photographie dévoile la matérialité fondamentale de l'acte de vision, autrefois conçu comme une affaire de conscience ou de spiritualité

Dans la postmodernité, la musique se révèle comme spatialisée

La peinture néo-figurative contemporaine n'a plus rien à faire au-delà d'elle-même : superficie sans profondeur, elle renonce à s'adresser au sujet

Avec la prolifération des codes, le pastiche tend à remplacer les styles personnels et leur parodie

Le processus vidéo est caractérisé par une rotation incessante de ses éléments : aucun élément singulier ne peut durablement en interpréter un autre

Aujourd'hui, le lieu n'existe plus qu'à un niveau faible, surchargé de toutes sortes d'autres espaces plus puissants et abstraits

A l'époque postmoderne, la catégorie du "nouveau" perd sa signification car l'"ancien" a disparu, remplacé par le simulacre

Dans la culture du simulacre, on copie des originaux qui n'ont jamais existé

L'usage généralisé de la photographie comme porteuse de sens (pop art, hyperréalisme) est un symptôme de la fusion entre grande culture et culture de masse

Dans l'hyperespace postmoderne, le monde fuit vers une multitude de points, les distinctions intérieur/extérieur, gauche/droite, haut/bas, etc... n'ont plus cours

Dans l'hyperespace postmoderne, le corps humain ne peut pas organiser par la perception son espace immédiat

La logique du capitalisme tardif détruit la semi-autonomie (fantômatique et utopique) attribuée jusqu'alors à la sphère culturelle

La principale caractéristique formelle du postmoderne est une absence de profondeur, une platitude, une superficialité

Avec la généralisation de l'intertextualité, l'oeuvre d'art autonome semble s'être volatilisée

L'architecture postmoderne ne cherche pas à inventer de nouveaux langages, car son style est celui du tissu urbain américain, clinquant, commercial et populaire

La peinture de Van Gogh est la transformation violente et délibérée d'un terne objet-monde en un espace semi-autonome, utopique, de purs coloris éclatants

Le tableau postmoderne ne donne aucune place à l'interprétation du regardeur

Le "Cri" met en évidence l'échec de l'expression visuelle en l'emprisonnant dans un monde sonore

Au cinéma, le dispositif fictionnel raccourcit radicalement les durées pour éviter le malaise et l'ennui; dans le même but la télévision doit introduire des simulacres de temps fictif

Le postmoderne a un appétit insatiable pour la photographie - qui tient lieu de référent et transforme en oeuvres d'art canoniques des objets divers

Le Postmodernisme, ou la logique du capitalisme tardif (Fredric Jameson, 2007) [PostMod]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
JamesonParcours

B2.007

YYA.2007.Jameson.FredricGenre = -