Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le savoir vaut par la compétence                     Le savoir vaut par la compétence
Sources (*) :              
Jean-François Lyotard - "La condition postmoderne", Ed : Minuit, 1979,

 

-

[Aujourd'hui le savoir n'est plus transmis pour lui-même, mais en fonction des compétences qui le légitiment]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans les sociétés post-industrielles, le savoir est subordonné aux techniques, c'est-à-dire à la puissance dont il est porteur. Le principal critère de jugement n'est plus la vérité, mais la performativité. L'université ne doit plus former des citoyens, mais les compétences indispensables au système social. La raison n'est plus gouvernée par des règles formelles, mais par le pouvoir que la performance procure. L'idéal politique d'un peuple libre, formé par un savoir humaniste, qui était le métarécit dominant des démocraties, est remplacé par une demande de services destinés à faire progresser les résultats du système.

Le savoir est transmis à la carte, en vue de l'acquisition d'informations, de langages et de jeux de langage pour l'efficience, la justice, le bonheur, la beauté, etc... Son champ excède largement la seule application du critère de vérité.

Le principe de performativité a pour conséquence la subordination des institutions d'enseignement aux pouvoirs. Le savoir n'ayant plus sa fin en lui-même, sa transmission échappe à la responsabilité exclusive des savants. Le stock de connaissances peut être transmis en langage informatique ou par des machines. Il suffit que l'étudiant sache formuler les questions sous une forme compatible avec les banques de données, et éventuellement les réarranger de façon "imaginative". Ces banques sont l'encyclopédie de demain, la "nature" pour l'homme post-moderne. Pour améliorer les performances, les métalangages et les métarécits sont inutiles. Les professeurs ne sont plus indispensables. Ce ne sont pas eux qui imaginent les nouveaux "coups", mais les équipes interdisciplinaires.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Les techniques ne prennent de l'importance dans le savoir contemporain que par la médiation de l'esprit de performativité généralisée

-

Le déclin postmoderne des récits de légitimation tient à ce que les sociétés sont exclusivement régies par le principe de performativité

-

Dans les sociétés postindustrielles, la normativité des lois est remplacée par la performativité des procédures

-

Le savoir est une compétence qui excède l'application du seul critère de la vérité et s'étend à l'efficience, la justice, le bonheur, la beauté, etc...

-

Aujourd'hui la raison - ensemble des règles qu'un discours doit respecter s'il vise à connaître et faire connaître son objet (son référent) - est subordonnée à la performance

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lyotard
SavoirCompetence

AA.BBB

EK_SavoirCompetence

Rang = N
Genre = -