Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le code                     Derrida, le code
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Jacques Derrida - "Marges de la philosophie", Ed : Minuit, 1972, p375 - Signature événement contexte Acte de langage, intention

[Aucun code entièrement déterminé n'est structurellement secret, même si son chiffrage ou sa clef est entièrement perdu, oublié]

Acte de langage, intention
   
   
   
Derrida, le performatif Derrida, le performatif
Derrida, le secret               Derrida, le secret    
Acte de langage, restance, secret                     Acte de langage, restance, secret    

C'est Jacques Derrida qui avance une proposition apparemment paradoxale : Il n'y a pas de code qui soit structurellement secret. Supposons, dit-il, un code qui aurait été instauré et chiffré par deux sujets. Supposons que l'un ou l'autre de ces sujets disparaisse, ou les deux, qu'ils soient absents, qu'ils aient disparu ou qu'ils soient tout simplement morts. Ils laissent un code inconnu, indéchiffrable, et des marques incompréhensibles, mais toujours identifiables et répétables. Même dans ces conditions de perte complète du chiffrage "originel", et même si l'on ignore totalement le contexte dans lequel ce chiffrage a été établi, le code peut être pris dans une machine à son tour productrice, qui fonctionnera indépendamment du vouloir-dire ou de l'intention des auteurs. Même si une telle machine n'existe pas, il est toujours possible, en droit, de faire du code une grille identifiable, transmissible, itérable pour n'importe quel usager qui pourrait s'en emparer. Le chiffrage idiomatique, secret en fait, ne l'est pas en droit.

Un code diffère fondamentalement d'une écriture. Comme le code, l'écriture est orpheline, séparée de son père. Elle s'avance en l'absence de son "auteur" et aussi de son destinataire. La marque écrite est répétable, itérable - c'est-à-dire lisible par un autre (iter). Mais son chiffrage n'est jamais entièrement déterminable. On ne peut pas réduire son contexte à un système fini de règles. Son code implicite est, en droit, indéchiffrable. Il y a toujours dans l'écriture une part de secret.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Un contexte n'étant jamais absolument déterminable, il ne peut servir ni de protocole pour un code, ni de critère pour le succès ou l'échec d'un acte de langage

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
CodeLecture

AA.BBB

DerridaCheminements

CO.DEE

PerformanceIntention

FF.LFF

DerridaPerformatif

JL.LJJ

DerridaSecret

RD.LDD

PerformatifRestance

GE.LEG

CR_CodeLecture

Rang = L
Genre = DET - DET