Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Paul Celan                     Paul Celan
Sources (*) :              
Paul Celan - "La rose de personne", Ed : José Corti, 1979, p83

 

Pointe (Bertille Sapintza, 2012) -

"A la pointe acérée" - De Charles Baudelaire à Paul Celan

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

A la pointe acérée (Poème de Paul Celan publiée dans La rose de personne (1963). (Traduction de Martine Broda)

 

Les couches de minerai sont à nu, les cristaux, / les druses. / Du non-écrit, durci / en langue, libère / un ciel.

(Rejetés vers le haut, au jour, / de travers, nous / sommes couchés de même

Toi, porte devant cela, autrefois, tableau / où l'étoile tuée / fait la craie : / elle / est maintenant - lit-il? - à un oeil.)

Chemins vers là-bas. / Heure de forêt au / long de la trace de roue qui gargouille. / É- / lue, / petite fêne, béante, / qu'on ramasse : chose ouverte / et noirâtre, / qu'interrogent des doigts-pensées / sur -- / vers quoi?

Sur le non-répétable, vers / lui, vers / tout.

Chemins qui gargouillent, vers là-bas.

Quelque chose, qui peut marcher, sans saluts, / non plus qu'un devenu-coeur, / vient.

 

----------------

[Paul Celan a confirmé dans une conversation que le titre de ce texte était inspiré du poème en prose de Baudelaire :]

 

Le Spleen de Paris (1862) - Le confiteor de l'artiste.

 

Que les fins de journées d'automne sont pénétrantes! Ah! pénétrantes jusqu'à la douleur! car il est de certaines sensations délicieuses dont le vague n'exclut pas l'intensité; et il n'est pas de pointe plus acérée que celle de l'Infini.

Grand délice que celui de noyer son regard dans l'immensité du ciel et de la mer! Solitude, silence, incomparable chasteté de l'azur! une petite voile frissonnante à l'horizon, et qui par sa petitesse et son isolement imite mon irrémédiable existence, mélodie monotone de la houle, toutes ces choses pensent par moi, ou je pense par elles (car dans la grandeur de la rêverie, le moi se perd vite!); elles pensent, dis-je, mais musicalement et pittoresquement, sans arguties, sans syllogismes, sans déductions.

Toutefois, ces pensées, qu'elles sortent de moi ou s'élancent des choses, deviennent bientôt trop intenses. L'énergie dans la volupté crée un malaise et une souffrance positive. Mes nerfs trop tendus ne donnent plus que des vibrations criardes et douloureuses.

Et maintenant la profondeur du ciel me consterne; sa limpidité m'exaspère. L'insensibilité de la mer, l'immuabilité du spectacle, me révoltent... Ah! faut-il éternellement souffrir, ou fuir éternellement le beau? Nature, enchanteresse sans pitié, rivale toujours victorieuse, laisse-moi! Cesse de tenter mes désirs et mon orgueil! L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu.

 

 

Jacques Derrida analyse ce poème dès le début de son livre Schibboleth (pp13-15). Il y découvre des éléments, des "petits cailloux de craie blanche" sur lesquels sa pensée du poétique [et pas seulement du poétique] peut s'appuyer :

- l'irrépétable [dem Unwiederholbaren] : ce qui se passe une fois, une seule fois, comme la circoncision ou encore l'écriture d'un poème, nécessairement datée. Comment dater ce qui ne se répète pas?

- le non-écrit, durci en langue [Ungeschriebenes, zu Sprache verhärtet] - ici la langue ne se durcit pas en une écriture, mais en une non-écriture [un reste]

- la porte [die Tür], à laquelle s'adresser, mais une fois [einst], une seule [unicité qu'on retrouve dans un récit de Kafka que Derrida commente dans Préjugés] (la loi comme interruption, coupure du rapport à l'autre)

- les chemins [Wege] : quelque chose vient ou se cherche, se précipite vers, ou après, dans un angle ouvert, béant, sans horizon ni issue. L'art, selon Celan, est un chemin que parcourt le poème. Vers quoi? Un devenir-coeur.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Celan
CelanParcours

CO.LEO

Y.pointu

Rang = YCelan
Genre = MK - DET