Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le moderne acculé au sublime                     Le moderne acculé au sublime
Sources (*) : Le sublime remue l'esprit               Le sublime remue l'esprit
Jean-François Lyotard - "Le Postmoderne expliqué aux enfants", Ed : Galilée, 1988, p28

 

-

[L'art moderne trouve son ressort dans une esthétique du sublime : discordance du présentable et du concevable; retrait du réel]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le sublime tel que décrit par Kant suppose un conflit entre des idées issues de la culture (par exemple : la liberté, l'infini) et la présentation qui en est faite. Le sujet :

1. conçoit des énoncés intelligibles,

2. présente, sans aucune détermination conceptuelle, des oeuvres sensibles. Ces oeuvres sont ressenties comme "belles", indépendamment de tout concept et aussi de tout intérêt ou plaisir motivé.

Il y a sentiment du sublime quand ces deux facultés divergent. L'oeuvre présentée ne peut être rattachée à aucun énoncé intelligible. Par rapport à l'idée qu'elle "illustre", la présentation est insuffisante; et en tout état de cause l'idée est imprésentable. Il en résulte une esthétique du sublime qui fournit aux avant-gardes leurs axiomes.

L'accent peut être mis :

1. soit sur la puissance de la faculté de concevoir : inventer avec jubilation de nouvelles règles, comme l'exigeait Apollinaire. Quelques noms : Braque, Picasso, Lissitzky, Duchamp, Joyce.

2. soit sur l'impuissance de la faculté de présentation : nostalgie de la présence, mélancolie, volonté obscure et vaine de présenter malgré tout. Quelques noms : les expressionnistes allemands, Malevitch, Chirico, Proust.

Le différend postmoderne, c'est que les deux tendances coexistent dans la même oeuvre. Dans la présentation elle-même, l'imprésentable est allégué.

L'esthétique du sublime opère aussi dans le champ politique : théatralisation de la Terreur, esthétisation nazie.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La modernité ne va jamais sans l'ébranlement de la croyance, et l'art moderne sans une présentation de l'imprésentable

-

Ce qu'on appelle liberté est l'écoute de ce qui peut arriver, et qu'il faudra juger au-delà de toute règle

-

[Les machines de Marcel Duchamp mettent l'esprit en mouvement]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lyotard
ModSublime

AA.BBB

ArtSublime

WE.LEC

FS_ModSublime

Rang = M
Genre = -