Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'échange, c'est rien pour rien                     L'échange, c'est rien pour rien
Sources (*) :              
Jean-François Lyotard - "Le Postmoderne expliqué aux enfants", Ed : Galilée, 1988, p86

 

Le marchand de legumes (Willem Van Mieris, 1731) -

Le capitalisme n'a pas besoin d'autre légitimation que sa formule canonique : "Je te cède ceci, si tu peux me contrecéder cela"

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Tout objet et toute action sont acceptables s'ils peuvent entrer dans l'échange économique. Ce n'est pas du totalitarisme au sens politique, mais c'est l'hégémonie d'un genre de discours qui appelle toujours de nouveaux ceci ou cela à entrer dans l'échange. La puissance d'événement de ces ceci ou cela (par exemple les connaissances technoscientifiques) est neutralisée au moyen de l'acquittement. Elle est consommée, c'est-à-dire détruite.

Le capitalisme peut s'accommoder de l'institution républicaine comme du despotisme, à condition que la société civile dont il a besoin pour le marché ne soit pas détruite. Il ne prescrit rien, sauf l'échange. Il est présent partout comme nécessité.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lyotard
IVocalEchange

ME.LEE

T.garant

Rang = M
Genre = MR - IB