Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, reste, restance                     Derrida, reste, restance
Sources (*) : Derrida, bénédiction, malédiction               Derrida, bénédiction, malédiction
Jacques Derrida - "Schibboleth, pour Paul Celan", Ed : Galilée, 1986, pp74s

 

Esquisse pour "Benediction" (Jacques Lipchitz, 1942) -

Derrida, la poésie

Dans la prière poétique s'annonce l'essence de la bénédiction : en s'adressant à un reste, une cendre, c'est l'expérience de l'incinération de la date, consumée dès le commencement

Derrida, la poésie
   
   
   
Le schibboleth de Jacques Derrida Le schibboleth de Jacques Derrida
Derrida, prière, théologie négative               Derrida, prière, théologie négative  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

"Désir ou don du poème, la date se porte, en un mouvement de bénédiction, vers la cendre. Je ne présuppose pas ainsi quelque essence de la bénédiction qui viendrait trouver là un étrange exemple. Je ne dis pas : vous savez, nous savons ce qu'est une bénédiction, eh bien, en voici une qui s'adresse à la cendre. Non, l'essence de la bénédiction s'annonce peut-être depuis la prière poétique, le chant d'un reste sans être, l'expérience de la cendre dans l'incinération de la date, depuis l'expérience de la date comme incinération" (Schibboleth, p74).

Y a-t-il une essence de la bénédiction? Laquelle? Si la réponse est "ou!", alors, peut-être est-ce dans le poème que cette essence s'annonce. Après avoir expliqué qu'un poème est la commémoration d'une date; que, dans le même mouvement, il répète et soustrait cette date à la répétition; que son essence (à lui) est de s'adresser à une autre date en effaçant, en oubliant, en incinérant celle qui n'aura toujours été qu'un reste, Derrida explique que le poème porte aussi un mouvement de bénédiction. De ce point de vue, on peut le comparer à la prière, à l'imploration ou à la musique. Une archive est détruite, mais elle continue à brûler du dedans, à se consumer. Dans cette consumation réside sa chance, car ce rien qui reste, ce désert qui ne s'adresse à personne, cet appel indéterminé, indéchiffrable, ce schibboleth, ce peut être une chance de bénédiction. L'appel sera ou ne sera pas entendu, refusé, décidé, la cendre sera ou ne sera pas bénie, mais cette chance de bénédiction, en tous cas, elle a lieu.

 

 

Toute oeuvre est une prière, une possibilité de bénédiction qui ne s'adresse à personne - en tous cas pas à une personne, mais à ce qui reste d'une opération qui consume ce qu'elle tend à rappeler, à commémorer. En ouvrant cette possibilité de réponse, l'oeuvre se fait oeuvre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaRestance

KE.LLO

DerridaBenediction

DF.LFD

DerridaPoesie

DN.LLE

DerridaSchibboleth

EG.LEG

DerridaPriere

QG.LLK

Vbenediction

Rang = L
Genre = MK - NG