Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Imprononçable, le nom Juif                     Imprononçable, le nom Juif
Sources (*) : Derrida, le judaïsme               Derrida, le judaïsme
Jacques Derrida - "Schibboleth, pour Paul Celan", Ed : Galilée, 1986, p92

 

Suite rose noir (Jean De gottex, 1967) -

Le schibboleth de Jacques Derrida

Le Juif n'a rien en propre, sauf son nom, qui est imprononçable : schibboleth

Le schibboleth de Jacques Derrida Autres renvois :
   

A partir de Jean Degottex

   
   
Derrida, exappropriation Derrida, exappropriation
               
                       

Pour l'acquÚrir, cliquez

sur le livre

 

L'essence du judaïsme, c'est qu'il n'a rien en propre, rien d'autre qu'un schibboleth, un secret incommunicable dont on ne peut rien dire car il est définitivement effacé, il a disparu dans l'événement même de sa profération, comme une date ou une chose. Il en résulte que pour chaque Juif, ce qui est imprononçable n'est pas le nom de Dieu, c'est le nom du Juif, son propre nom. Pourtant ce nom parle. C'est lui (le nom) qui dit schibboleth (sans majuscule). Pour être capable de prononcer ou ne pas prononcer ce mot, il faut une voix avec un accent, un accent singulier, lui-même unique. Pour celui qui est rétif à quelque appartenance que ce soit, cette voix est imprononçable. C'est le cas de Jacques Derrida, et aussi de tous ceux qui restent au seuil de l'alliance. Dans le récit biblique, c'est ce qui est arrivé aux Ephraïmites : ils y ont laissé leur vie. Et la possibilité de cette position ne se borne pas aux Juifs, elle vaut, selon Marina Tsvétaïeva, pour tous les poètes, voire pour tous. Nul ne prononce le nom de Dieu, mais en plus, par la loi, même s'il le peut, le Juif ne doit pas.

"Juif est le schibboleth" écrit Derrida. On peut échanger les deux noms : Juif, ou schibboleth, l'un pour l'autre. C'est ainsi que, au titre de la singularité absolue, il témoigne de l'universel. Qu'il soit maître ou proscrit, qu'il soit discriminé ou pas, il en témoigne au nom de l'autre.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
NomImprononcable

SP.LLP

DerridaJuifs

CI.LCI

DerridaSchibboleth

DJ.LLJ

DerridaExaprop

XJ.JJK

X.chibolet

Rang = N
Genre = MJ - NA