Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'homme dans les sphères                     L'homme dans les sphères
Sources (*) :              
Peter Sloterdijk - "Sphères, tome 1 : Bulles", Ed : Pluriel, 2002, p113

 

Catherine echangeant son coeur contre le Christ (Giovanni di Paolo di Grazia, 1463) -

Dans la pensée chrétienne, le coeur est le centre du soi le plus intime : la cordialité se fait communion, accord, concorde

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour les européens, le coeur demeure l'organe directeur de l'humanité intériorisée. Cette place est héritée du christianisme, religion personnaliste par excellence, où l'organe cardiaque est la source de toute émotion. Mais s'accrocher à son propre coeur est considéré comme impossible ou pathologique. La subjectivité affective privilégiée est la cordialité, la communion physique et intellectuelle, la concorde. Les coeurs communiquent, leurs rythmes s'accordent les uns aux autres, ils ouvrent l'horizon d'une structure interpersonnelle et intersomatique.

L'un des supplices encore appliqué aux traîtres et aux rebelles au 17è siècle était l'arrachement du coeur. On punissait ainsi un crime contre la sphère sacrée de l'Etat. A une agression contre le coeur de l'organisation politique répondait une agression contre le coeur du criminel (p147). Un crime cordial contre l'autorité et contre l'espace politique de la concorde, impliquait que le criminel soit chassé du centre politique vers un extérieur infâme qu'il soit expulsé hors du cercle des vivants et des sauvés. L'existence même de la sphère semblait menacée.

---

Catherine de Sienne (vers 1380) a eu le fantasme d'échanger son coeur contre celui du Christ. D'abord vidée de tout attribut personnel, elle s'est rêvée sans coeur, elle a créé dans son propre corps un espace propice à la venue du coeur divin. C'est la même Catherine qui imaginait boire à la blessure du Christ [lors de sa circoncision].

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sloterdijk
SlotSpheres

XC.LLC

T.christianisme

Rang = VChrist
Genre = MR - iVoix