Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le champ interfacial                     Le champ interfacial
Sources (*) : Peter Sloterdijk               Peter Sloterdijk
Peter Sloterdijk - "Sphères, tome 1 : Bulles", Ed : Pluriel, 2002, p159

 

-

[Entre les visages se déploie le champ de forces de l'espace interfacial]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les individus se voient et s'entendent mutuellement. Ils sont regardés par d'autres et, depuis ce regard, reviennent vers eux-mêmes. En fonction de ce qu'ils voient de l'autre, ils s'offrent à la vue. Dès la rencontre la plus simple, un univers bipolaire, intersubjectif et intime se met en place. Tournées les unes vers les autres, les faces travaillent, elles se font visage pour un autre : telle est la réalité interfaciale primaire. L'espace entre les visages n'est ni vide, ni neutre. En ouvrant sur l'autre, il forme la sphère où vit l'être humain. L'autre y fait office de miroir personnel, mais sans la fidélité froide d'un reflet en verre ou en métal. Il ne restitue pas une image, mais un écho affectif.

Longtemps l'objet-miroir est resté rare et son usage exceptionnel (Narcisse ne rencontre son visage que par les hasards des reflets sur l'eau). Sa fabrication en grande quantité ne commence que vers 1500 à Venise. La découverte de son propre visage dans un miroir est un ajout tardif à l'espace interfacial primitif.

Les visages individuels ont été rares jusqu'à la Renaissance. On ne trouve presque pas de portraits de femme ou de mère avant 1303-05, et les portraits d'hommes sont liés à l'exercice ou à la transmission du pouvoir. C'est Giotto qui a découvert la force des visages humains. Il l'a montrée dans les multiples figures de la chapelle des Scrovegni de l'église de l'Arène à Padoue. Ayant rompu avec l'image iconique héritée du christianisme, ses "constellations interfaciales" présentent des visages humains individualisés, qui expriment des scènes diversifiées qui vont de l'amour partagé d'Anne et Joachim à l'impossible alliance de Juda et du Christ. Ce sont des événements, des relations, et non plus des idées ou des prototypes comme auparavant. Chaque visage peint révèle une scène primitive qui met en valeur l'individualité, la visagéité de chaque personne et sa relation avec son environnement.

Les choses ont bien changé. Les techniques s'interposent entre les visages, qui perdent de leur consistance visuelle. La face humaine devient le champ de catastrophes et de crises.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Les débuts de la subjectivité ne sont ni visuels, ni imaginaires : pour l'infans, l'autre accompagnateur est d'abord une présence, des bruits, une sensation tactile, une aura

-

L'Occident européen a échangé les images primitives contre les scènes primitives

-

L'identité faciale du Moi - un sujet dont le propre visage se reflète dans un miroir - n'a pu émerger que lorsque l'individu s'est retiré du regard réciproque interfacial

-

[La situation fondamentale de l'homme est l'être-dans-des-sphères]

-

Par la protraction du visage, l'homme est devenu un animal ouvert au monde et à son prochain

-

L'intimité du sujet humain est un ensemble de corps creux traversables par d'autres

-

L'"interface" de l'informatique et des médias ne désigne pas l'espace de rencontre entres les visages, mais le point de contact entre visage et non-visage

-

Lorsqu'il montre encore des visages, l'art moderne rend compte d'une catastrophe interfaciale permanente

-

La rencontre de Joaquim et d'Anne à la porte dorée (Giotto, vers 1303-05)

-

Le baiser de Juda (fresque de Giotto dans la chapelle Scrovegni, 1303-05)

-

Le premier visage animant, celui de la mère, s'est retiré de lui-même de toutes les images jusqu'à la Renaissance

-

La pièce d'Octavius (38 avant J-C), ou le face-à-face impérial

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sloterdijk
SlotVisage

AA.BBB

SloterdijkParcours

FE.LDD

EV_SlotVisage

Rang = O
Genre = -