Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le champ interfacial                     Le champ interfacial
Sources (*) :              
Peter Sloterdijk - "Sphères, tome 1 : Bulles", Ed : Pluriel, 2002, p205

 

Vierge du Don (Russie, 1392) -

Le premier visage animant, celui de la mère, s'est retiré de lui-même de toutes les images jusqu'à la Renaissance

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

[A part les portraits du Fayoum, ou plus généralement les imago, c'est-à-dire des images mortuaires], on ne trouve pratiquement pas de portrait féminin individualisé avant Giotto (vers 1300). Les images primitives privilégient les fesses, les seins ou la vulve (les attributs du pouvoir sexuel féminin). Le Christ, Bouddha ou César sont des hommes. Leur représentation [y compris celle des épouses d'empereurs ou de pharaons] est la manifestation du règne masculin sur la visagéité antique et médiévale. Même l'iconologie mariale catholique n'est pas individualisée.

Comment expliquer cette absence du visage maternel? De tout temps l'espace mère-enfant a été particulièrement protégé et chargé. C'est le lieu le plus chaleureux de la couveuse interfaciale, le foyer de l'humanisation, celui où le visage humain s'ouvre au monde, le fond de beauté et de singularité qui exprime la joie. Si le devenir-humain passe par l'attrait du visage maternel, pourquoi son pouvoir d'ouverture n'a-t-il pas été représenté pendant si longtemps? Peut-être le premier visage aimé, le visage du commencement, doit-il rester voilé, méconnu, inaccessible - car il est celui sur lequel porte le tabou.

La Vierge Marie des icônes est impersonnelle.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sloterdijk
SlotVisage

WM.LMM

T.retrait

Rang = O
Genre = A -