Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le nobjet, relation primordiale                     Le nobjet, relation primordiale
Sources (*) :              
Peter Sloterdijk - "Sphères, tome 1 : Bulles", Ed : Pluriel, 2002, p329

 

Photo anonyme -

L'organe féminin n'entre dans aucune objectivité : c'est un "nobjet" qu'on ne peut ni concevoir comme une chose, ni franchir sous une forme initiatique

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

A l'époque néolithique, l'intérêt pour la vulve s'est accru. Les hommes se sédentarisaient, ils s'identifiaient à leur lieu, leurs identités s'enracinaient dans le sol. On a rapproché l'univers maternel et l'espace cultivé et fertile. Le foyer, le paysage, le giron et le champ sont devenus synonymes. Quand les morts se sont territorialisés, on a admis que la vulve n'était pas qu'un point de départ, mais aussi un point d'arrivée. On a enterré les anciens en position foetale, dans des cavernes qu'on croyait originelles. L'organe féminin de la naissance n'était plus seulement une sortie, mais aussi une entrée. La vulve s'offrait comme un portail effrayant, mais incontournable. Il fallait inverser la naissance par une co-naissance qui était un retour dans le monde intérieur de la mère. L'équivalence entre l'utérus et le tombeau a duré jusqu'à ce qu'émerge une gynécologie positive : la possibilité de regarder la vulve comme observateur frontal. C'est la position du chercheur, mais il ne peut pas en rester là. Devant ce portail des femmes et des mères, jadis chargé d'un tel degré de magie, l'oeil du chercheur se brise. La question de l'intime demande son dû. Tout en visant à verbaliser l'indescriptible, il doit pénétrer dans la sphère sans objet. Le chercheur doit se dédoubler : être un tiers, et être aussi dans la caverne. C'est ce que Peter Sloterdijk appelle une gynécologie négative : renoncer à la vision extérieure [objectivante], et renoncer aussi à la tradition mystique issue du néolithique. Il faut pour cela considérer la vulve comme "nobjet", organe apparemment connu mais aussi mur sur lequel on bute. Il faut pouvoir simultanément s'immerger dans l'utérus et veiller à l'extérieur.

Ce mot, "nobjet", a été emprunté par Peter Sloterdijk à Thomas Macho, qui s'en est servi pour décrire la relation mère/enfant.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sloterdijk
SlotNobjet

PV.LFF

T.vulve

Rang = O
Genre = MK - NP