Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, liberté, libertés                     Derrida, liberté, libertés
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 24 août 2008 Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels

[Derrida, liberté, libertés]

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
   
   
   
                 
                       

D'un côté, la liberté est prise dans une série de paradoxes, de double binds qui la rendent impossible; mais d'un autre côté, il y a du libre.

 

1. La liberté souveraine, celle de la parole.

Même l'être le plus enchaîné et démuni ne peut être dépossédé de sa voix. Il dispose de sa spontanéité, de son franc-parler, de sa liberté de langage. C'est la liberté du sujet, de l'être autonome, intériorisée par la bouche.

Pour Rousseau, quand le peuple se réunit dans l'espace d'une seule et même parole, que ce soit pour le gouvernement ou pour la fête, il peut en jouir pleinement. A partir de cette liberté qui réaffirme le privilège absolu de l'humanisme, Kant construit le concept d'art.

Mais le sujet est-il vraiment libre? Et le peuple? Quand ils affirment parler en leur propre nom, c'est un autre qui apparaît, un tout autre qui leur assigne cette liberté et cette responsabilité, mais sans leur laisser. Cet autre qui les excède, les déborde, ne se donne pas à l'intuition.

 

2. La liberté comme inconditionnalité.

On peut penser la liberté comme concept pur, à la façon de ces notions (don, pardon, hospitalité, justice) que Jacques Derrida qualifie d'inconditionnalités car elles n'entrent dans aucune économie, aucun échange. Il faut la liberté. une liberté qui ne dépende d'aucun contexte, qui ne soit bornée par aucune liberté concurrente. La liberté ne se soumet à aucun calcul, aucun constat, aucune vérité. C'est un hiatus, un saut dans l'altérité, dans l'hétérogène. Il faut la défendre partout, par principe, la déclarer, la proclamer. Dans certains cas et certains lieux, on peut la négocier, mais dans d'autres, comme l'université, il faut affirmer son inconditionnalité absolue. La liberté de critique et de questionnement n'a pas de limite.

La liberté n'est pas une décision, c'est une injonction, une tâche, une affirmation indémontrable. Elle est prise dans une contradiction, un double bind. D'un côté, elle affirme une toute puissance, elle est indissociable de la souveraineté; mais d''un autre côté, elle se heurte au souverain. Exiger la liberté, c'est critiquer les clôtures, les limites, les normes, c'est résister à tous les pouvoirs, c'est aussi s'engager dans la déconstruction de la liberté elle-même, et aussi de la souveraineté indissociable de cette liberté.

Pour m'adresser à un autre, quel qu'il soit (un prochain, un interlocuteur ou un Dieu), je dois le laisser libre de m'entendre ou de ne pas m'entendre, de me répondre ou de ne pas me répondre. Je dois l'inviter à rester libre. Sans cette liberté, mon appel n'aurait aucune valeur.

 

3. La liberté incalculable, à venir.

Selon une thèse classique, la liberté (ou l'impression de liberté) résulte d'un excès de complexité. Les événements à venir étant imprévisibles, incalculables, on peut attribuer au sujet ou à l'homme un espace de liberté, qui n'est pas celui du sujet libre, souverain, mais celui du sujet exposé, vulnérable. L'autre excède mes calculs. Cet incalculable n'est pas contingent, mais structurel. Il ouvre un espacement, un dégagement, au-delà de toute maîtrise, une zone d'imprévisibilité qu'on peut appeler "ce qui vient". En ce lieu les choses ne sont jamais acquises, toujours à-venir, il n'y a pas une liberté, mais des libertés. En ce lieu affranchi du savoir, se donnent les décisions - au nom de l'autre.

On peut rapprocher la beauté libre ou l'imagination kantiennes de cet incalculable. Dans l'un et l'autre cas, un jeu est ouvert, au-delà de toute règle, sans finalité ni adhésion à un but, qui nous prend par surprise.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Il ne faut pas parler de la liberté, mais des libertés

-

Ce que l'humanisme classique appelle "liberté", c'est un hiatus, une altérité absolue, un saut entre l'ordre constatif du savoir et l'ordre performatif du "Je peux", "Je dois"

-

Il y a liberté quand il y a du non-calculable (qui n'appartient pas, par essence, à l'ordre du calcul)

-

Il y a du libre là où "ce qui vient" est imprévisible, où il y a de l'"à-venir"

-

Pour qu'une décision soit responsable, il faut qu'elle soit libérée du savoir, qu'elle soit donnée au nom de l'autre - c'est ce qu'on appelle la liberté

-

Il y a deux types d'imagination : l'une est mimétique et l'autre met en jeu la productivité libre et spontanée

-

La beauté libre s'expérimente par une coupure pure, un "sans" sans finalité qui ouvre le jeu

-

Double bind : au nom de la souveraineté, il faut la liberté; mais il faut aussi déconstruire la souveraineté, sans remettre en cause la liberté

-

L'université moderne, qui fait profession de vérité, doit par principe se voir attribuer une liberté inconditionnelle de questionnement, de proposition et de déconstruction

-

La voix se donne toujours comme la meilleure expression de la liberté

-

Dès que je parle en mon propre nom, l'autre apparaît comme tel, comme "tout autre" qui m'excède, me surprend, m'assigne liberté et responsabilité, sans me les laisser

-

Pour pouvoir m'adresser à l'autre - penseur, messie ou Dieu lui-même -, je dois lui prescrire de rester libre, de pouvoir ne pas répondre à mon appel

-

La fête en plein air est l'élément de la voix, la liberté d'un souffle que rien ne hâche

-

Sevrés de toute finalité externe, nous intériorisons par la bouche notre existence libre et autonome, c'est-à-dire morale

-

Un peuple libre au sens de Jean-Jacques Rousseau - celui qui se tient ensemble dans l'espace d'une seule et même parole - est aussi le plus soumis à la harangue démagogique

-

Kant construit le concept d'art à partir de la liberté, pour réaffirmer le privilège absolu de l'humanisme

-

Il y a dans les Beaux-Arts à la fois l'organisation hiérarchique des métiers et l'ouverture d'un espace de jeu et de communication universelle entre sujets libres

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaLiberte

AA.BBB

DerridaCheminements

LI.BER

DerridaIncond

EJ.LLK

BL_DerridaLiberte

Rang = zQuois_DerridaLiberte
Genre = -