Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
                   
Sources (*) :              
Jean-Luc Nancy - "Corpus", Ed : Métaillé, 2000, p13

 

Danseuse ˆ la plume (Pierre Carrier-Belleuse) -

Il n'arrive rien d'autre à l'écriture, s'il lui arrive quelque chose, que de toucher

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans un quart ou un tiers du monde [le monde occidental], les corps sont cachés (dans les hôpitaux, les cimetières, les usines ou les lits). Ce ne sont pas des corps qui circulent, mais des chairs, des peaux, des visages et des muscles. Le corps est en limite, en extrêmité. Quand il vient, il vient de loin : des multitudes affamées ou meurtries. On peut le signifier, mais pas le toucher. Le toucher (enfin), c'est ce qui arrive dans l'écriture.

Ecrire touche au corps, par essence. Même si le corps n'est pas inscrit (incisé, gravé, tatoué, cicatrisé), il est jeté nu dans l'écriture comme corps singulier, excrit (ce qui s'écrit à même le dehors, comme le dehors). Pour écrire, il faut passer par la mise hors-texte du corps. L'excription de l'être, c'est qu'il y a un destinataire; nous écrivons depuis ce corps que nous n'avons pas, que nous ne sommes pas non plus.

Ecrire touche au sens. C'est s'adresser à un dehors, envoyer, s'écarter, se retirer, s'espacer, faire advenir un contact étranger. Depuis mon corps, j'envoie une adresse au corps, là-bas.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy

UEcriture

Rang = O
Genre = MR - IB