Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'humain fabrique du virtuel                     L'humain fabrique du virtuel
Sources (*) :              
Hans Belting - "Pour une anthropologie des images", Ed : Gallimard, 2004, p243

 

Illustration de l'enfer de Dante (Robert Rau schenberg, 1958-64) -

La technologie prend en charge l'animation des images par des dispositifs et des appareils qui privent les spectateurs de ce qu'ils effectuaient autrefois eux-mêmes par leur imagination

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans les cultures anciennes, un rituel était nécessaire pour signifier formellement le lien entre les images et les morts. Ces pratiques magiques ont été abolies à l'époque de Confucius [ou de Platon]. L'incarnation a été remplacée par un geste de commémoration visant à rappeler les morts dans l'image. Il s'agissait toujours d'un rituel, d'un acte d'animation, mais dans le premier cas le défunt revenait de façon visible [il était présent dans l'image], tandis que dans le second cas, il restait invisible et ne pouvait revenir que par le truchement d'un corps vivant. L'image, illusoire, représentait un mort réel [auquel elle se référait].

On rencontre pour la première fois le terme virtualmente dans la Divine comédie de Dante. Les morts y sont des ombres animées avec lesquelles le poète peut dialoguer. Elles n'existent pas dans le monde empirique, mais dans l'au-delà - et Dante reconnaît que c'est le poète lui-même qui les a fabriquées. Ces images sont d'un autre monde, mais rappellent ceux qui ont vécu dans ce monde-ci.

Avec la technologie, les images fabriquées repoussent les limites de la perception naturelle. Elles exercent une fascination qui ébranle en retour toute perception assurée du monde corporel. Le spectateur éprouve qu'il ne peut avoir foi dans les images du monde. Par la fiction de la vie, les images deviennent un motif de mélancolie. Elles enfantent la mort.

 

 

Les ombres montrées sont reprises par "frottage" de photographies publiées dans des magazines à grand tirage. Ce sont des acteurs identifiables de l'histoire contemporaine, comme les ombres de Dante étaient des acteurs de l'histoire de son temps.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Belting
BeltVirtuel

GS.LLS

T.technique

Rang = OTechn
Genre = MJ - NA