Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'image incarne un mort                     L'image incarne un mort
Sources (*) :              
Hans Belting - "Pour une anthropologie des images", Ed : Gallimard, 2004, p264

 

Saint Jerome dans sa cellule (Albrecht Duerer, 1521) -

Le crâne a été introduit dans la peinture en même temps que le portrait réaliste, comme son inexorable pendant

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour Giotto comme pour Dante, il y avait antithèse entre le corps (immanent) et l'image (qui était située dans un au-delà, un autre monde). Un siècle plus tard, à l'époque de Masaccio, l'image devait susciter la fiction ou l'illusion d'un corps. L'espace étant désormais considéré comme homogène, il fallait évincer la transcendance de la peinture. Comme on ne pouvait plus représenter la mort par des ombres ou des figures, on s'est servi d'objets empiriques du même genre que le portrait : crâne ou cadavre. Quand mouraient les modèles, les portraits des vivants étaient rattrapés par la mort, qui se produisait dans l'espace des vivants. L'immanence de la perception butait contre l'obstacle de la mort.

Saint Jérôme dans sa cellule (Albrecht Dürer, 1521).

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Belting
BeltMort

FD.LDD

T.renaissance

Rang = PCrane
Genre = A -