Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'art est une convention                     L'art est une convention
Sources (*) : Ah, l'art? Que des apories!               Ah, l'art? Que des apories!
Yves Michaud - "La crise de l'art contemporain - Utopie, démocratie et comédie", Ed : PUF, 1997, pXXVII

 

-

Yves Michaud

[L'expérience de l'art institutionnel est conventionnelle : "est de l'art ce qui suit les procédures de l'art"]

Yves Michaud
   
   
   
Sur le Contemporain Sur le Contemporain
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Depuis la fin des avant-gardes, l'art se vaporise. On n'arrive même plus à se le représenter. A la place de l'oeuvre dite moderne, avec ses conditions matérielles et d'existence bien connues, viennent des dispositifs qui produisent de "l'expérience esthétique" dans les conditions définies par le milieu. L'expérience de cette population est tribale et conventionnelle. Elle est dépourvue de contenu substantiel : on communie autour d'une procédure, on partage une convention, dans un espace qui n'est plus celui de l'art, mais celui de la communication.

Ce sont surtout les professionnels de l'art, tenus par leur milieu, qui succombent à cette convention, éloignée des attentes du public. L'art officiel qui se développe n'existe que sous la protection du musée, en liaison avec les réseaux complexes des professionnels et des bureaucrates de l'art. Des mécanismes de reconnaissance se mettent en place, basés sur l'agrégation des valeurs sûres et le mimétisme institutionnel. Ce système produit d'un côté des exclus, de l'autre des artistes semi-officiels. Il fait fuir la beauté. Mais celle-ci ne disparaît pas. Elle se répand dans d'autres domaines - du design au tourisme, de l'architecture à la publicité - et imprègne toute la société.

La cohésion sociale n'étant plus dépendante des milieux institutionnels, l'art dit "contemporain" entre en crise.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'art contemporain se fait sous le signe de l'espace public avec ses médiateurs et ses communicateurs - pas sous celui de la fusion ni de la communion

-

La beauté qui n'est plus présente dans les arts se diffuse dans de multiples aspects de la vie quotidienne : du design au look, de l'habitat à l'environnement

-

Il n'y a pas de crise de l'art, mais une crise de la représentation de l'art - qui n'empêche pas les artistes de travailler

-

La signification de la crise de l'art contemporain, c'est que l'intégration et la cohérence sociales ne dépendent plus pour leur légitimation de mécanismes culturels

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MichaudYves
ArtConvention

AA.BBB

ArtQuid

TF.LFF

MichaudYParcours

ID.LID

PlanSite

OO.LOO

FT_ArtConvention

Rang = N
Genre = -