Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Artaud                     Derrida, Artaud
Sources (*) : Derrida, l'art, l'oeuvre               Derrida, l'art, l'oeuvre
Jacques Derrida - "Forcener le subjectile", Ed : Gallimard, 1986, p65

 

Pictogrammes (Gregoire Fannis, 2012) -

Artaud fait oeuvre

"Pictogramme" : cet oeuvre dans lequel la peinture, le dessin ou l'écriture ne tolèrent la paroi d'aucun partage - entre arts, genres, supports ou substances

Artaud fait oeuvre
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Dans sa définition derridéenne, le pictogramme est le concept d'un oeuvre qui traverse les limites : peinture/dessin, dessin/verbe, peinture/théatre, espace/temps, etc... Il ne s'agit pas seulement d'une combinaison de peinture et d'écrit, comme le font certains peintres, mais d'un dessin-écrit, événement singulier d'archi-écriture, opération scripturaire et picturale qui traverse le subjectile, le perfore en-deça des pratiques artistiques usuelles et aussi au-delà des mots et des images.

Dans ses dessins écrits, Artaud joue sur le rythme, le timbre et l'intonation. Des phrases se précipitent et emportent les limites. Les frontières entre les arts sont abolies. Aucun corps n'est séparable. Les éléments signifiants (mots, propositions, représentations) sont déstabilisés. Une langue folle se laisse entendre par des mots hors-sens, des glossolalies. Un travail oblique du trait se fraie un passage entre les genres.

-------

DÉFINITION DU TLF : PICTOGRAMME, subst. masc.

- LING. [Dans la préécriture] Dessin figuratif plus ou moins réaliste ou stylisé, utilisé à des fins de communication mais sans référence au langage parlé : "Il est évident que le langage se borna d'abord aux images; ce n'est que progressivement qu'il apprit à effectuer le dépouillement requis par la généralité abstraite. De même quand apparut l'écriture, la différenciation fut lente: d'abord simple figure, qui se distinguait malaisément de l'art, elle s'en sépara à mesure qu'elle accomplissait son effort de dépouillement pour ne plus être qu'un signe abstrait. Nous avons déjà décrit cette marche: elle mène du pictogramme, de l'idéogramme et de l'hiéroglyphe à l'écriture syllabique, puis alphabétique." HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.240.

- P. anal. Dessin schématique à valeur symbolique utilisé comme signal à l'intérieur d'un code. "Cinq nouveaux panneaux viennent de surgir dans le paysage des automobilistes: le langage des pictogrammes s'est enrichi de cinq mots. La fourchette signale un restaurant, le lit: un hôtel, etc. Ce sont des symboles sans mystère" (L'Express, 6 déc. 1967 ds GILB. 1971). "De nos jours, les graphistes ont repris à leur compte le terme de pictogramme, en le dévoyant quelque peu de son sens, pour l'appliquer à leurs dessins relatifs à la signalisation des chemins de fer, des aéroports, des jeux Olympiques, etc." (Impr. 1977).

Prononc.: []. Étymol. et Hist. 1924 (Lang. Monde, p.129).

Comp. d'apr. pictographie* par substitution de l'élém. formant -gramme* à -graphie, peut-être d'apr. l'angl. pictogram (1910 ds NED Suppl.2, synon. de pictograph).

 

 

Cet usage du mot "pictogramme" est à situer dans le vaste projet de la grammatologie initié par Jacques Derrida 20 ans plus tôt. Comme son nom l'indique, le pictogramme est un gramme : cet élément irréductible, antérieur à tout système, qui opère dans le mouvement de la différance, et qui précède l'écriture.

En ajoutant au mot "pictogramme" une signification supplémentaire, Derrida fait passer le mot "oeuvre" du féminin au masculin, comme s'il fallait lui donner une qualité particulière par rapport à une oeuvre (féminin) : "Je proposerai de détourner un peu le mot de pictogramme pour désigner cet oeuvre dans lequel la peinture...". Et plus loin : "De tout cet oeuvre pictographique on ne peut parler que par encartement et précipitation..." Certes, ce qu'il commente d'Artaud a quelque chose d'un grand oeuvre alchimique avec sa force magique, ses sorts jetés ou exorcisés, ses vertus incantatoires ou conjuratoires. Mais la violence aux mots [comme un jour Lacan est passé de la symbolique (féminin) au symbolique (l'ordre symbolique, masculin), ou Baudelaire, à l'inverse, est passé d'un mode à une mode - celle de la modernité], l'inversion brutale du genre, est aussi l'indice d'un changement de paradigme.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArtaud

FD.LED

DerridaArt

IP.LIP

ArtaudOeuvre

CP.LDD

UPictogramme

Rang = N
Genre = DET - DET