Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Derrida, Artaud                     Derrida, Artaud
Sources (*) : Derrida, exappropriation               Derrida, exappropriation
Jacques Derrida - "Forcener le subjectile", Ed : Gallimard, 1986, p72

 

Le bebe deproprie (Tjara Omshak, 2012) -

Derrida, sur sa vie

Artaud dit la vérité contre laquelle il proteste avec violence : tout moi, en son nom propre, est appelé à l'expropriation familiale du nouveau-né

Derrida, sur sa vie
   
   
   
Derrida, une fois, une seule Derrida, une fois, une seule
Derrida, le nom               Derrida, le nom    
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il y a pour Artaud une force, une tension, une énergie capable de déchirer toute représentation et toute forme. On peut l'entendre, par exemple au théatre ou dans la peinture, par les excès et les débordements de la voix. Artaud lui-même est cette force sombre, ce projectile, ce gouffre et ce corps. De même que cette force est expropriée, captée, volée, persécutée, détournée, Artaud est poursuivi, trahi depuis sa naissance. On lui a dérobé son moi.

Derrida insiste. Il multiplie les superlatifs : Artaud, en son nom, dit la vérité de la vérité. Ce qu'il dit est vrai a priori, originellement, transcendantalement, "à la naissance", et cette vérité, en fait et en droit, est sans parade. Qu'est-ce qui est vrai de manière aussi impérieuse? Que tout nouveau-né est exproprié. Le simple fait qu'on lui ait donné un nom est une imposture, un forfait. Faire d'un nouveau-né un être normal, bien formé, est une appropriation par la famille, la légitimation d'une violence sociale. Artaud affirme son nom propre ART-TAU, son souffle, son intonation, contre cette soumission congénitale, cet assujettissement, ce coup de force, ce viol. Par son idiome, il refuse de se confier au discours policé du droit.

 

 

Cette vérité est aussi, d'une autre façon, celle de Jacques Derrida, qui a pratiqué une étrange surenchère hyperbolique dans son rapport à sa famille et à sa communauté de naissance. Lui aussi reste indéfectiblement dedans/dehors, exapproprié.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArtaud

CC.LFF

DerridaExaprop

ET.LET

DerridaBiographie

1930.CD.DDD

DerridaUneFois

VH.LHV

DerridaNom

DT.LET

T.naissance

Rang = N
Genre = DET - DET