Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Harold Rosenberg                     Harold Rosenberg
             

 

-

Page créée par le scripteur le 25 décembre 2008.

[Cheminements à partir de l'oeuvre d'Harold Rosenberg (1906-1978)]

   
   
   
                 
                       

logo

 

- Bibliographie d'Harold Rosenberg.

 

Harold Rosenberg est connu pour avoir inventé le terme "Action Painting". Certes, c'est un titre de gloire, car le concept est loin d'avoir épuisé sa productivité. Mais Rosenberg était bien plus que cela : un poète, un critique littéraire, un polémiste. Il a inventé quelques syntagmes qui servent de titre à ses livres et n'ont pas fini de faire parler d'eux : la tradition du nouveau, la dé-définition de l'art. Avec un étrange mélange de scepticisme et d'empathie, il a su analyser les tendances de l'art d'après-guerre dans des termes qui n'ont rien perdu de leur actualité. Ainsi ces artistes qui n'ont pas d'autres catégories à leur disposition que celles du système de l'art qu'ils entendent dénoncer, ces musées qui prétendent s'ouvrir à la vie tout en faisant d'elle un patrimoine valorisable, ces artistes qui explorent le non-art ou l'anti-art tout en s'adressant à un segment du marché. Pour tout ce qu'il a commenté, du kitsch le plus divertissant à la métaphysique de Newman ou Rothko, Harold Rosenberg a fait preuve d'une étonnante pertinence.

Propositions (les têtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[L'art de notre époque est pris dans un mouvement de dé-définition qui en fait un objet incertain, ambigu, voire anxiogène]

-

[La "rupture avec la tradition" a duré si longtemps qu'elle a fini par produire sa propre tradition : celle du nouveau]

-

[Les artistes ne peuvent renoncer à la qualité esthétique qu'en investissant massivement les catégories et les discours du système de l'art qu'ils prétendent dénoncer]

-

[Le musée moderne doit obéir à une double injonction : 1. S'ouvrir aux formes de vie les moins élitistes; 2. Sanctifier une étroite sélection de héros de l'art]

-

[En agissant avec des matériaux, sans image ni objet pré-conçu, les peintres américains ont inventé l'"Action Painting" où l'oeuvre est un événement, pas un objet]

-

[Le kitsch est un art qui suit des règles établies et prévisibles, à une époque où toutes les règles de l'art sont remises en question par chaque artiste]

-

[La grande nouveauté de l'art aujourd'hui est qu'il n'y a plus d'audience universelle : chaque pratique s'adresse à un segment différent du public]

-

[La signification ultime, universelle, de l'expressionnisme abstrait est une purification du moi qui ne peut exprimer que le sentiment de sa propre absence]

-

Une oeuvre d'art contemporaine est une sorte de centaure mi-matériaux / mi-mots; sans les mots, les matériaux n'accéderaient pas au statut d'oeuvre

-

En art contemporain, un tabou interdit de définir un objet par ce à quoi il ressemble : une planche n'est pas une planche, un cube de plexiglas n'est pas un cube

-

Derrière l'usage impersonnel du hasard, du geste ou du matériau prévaut une tendance irrépressible à la rationalisation des pratiques de l'art

-

Plus l'art contemporain est ambitieux, plus il court le risque de ne pas ressembler à de l'art

-

Frank Stella est le peintre le plus professionnel de l'histoire de l'art : il n'invente pas de solutions, il illustre les problèmes avec pédagogie et talent décoratif

-

Après l'anti-art, qui se déclare encore héritier de l'art, une autre mort de l'art pourrait intervenir : celle qui le remplace par l'événement public

-

Un courant ou une école dans l'art résulte d'une liaison entre une pratique et une terminologie

-

L'oeuvre d'art existe moins comme objet que par les copies, les interprétations, les rivalités et les transformations qu'elle suscite - c'est-à-dire par ses spectres

-

La peinture ne donne accès à l'essence esthétique, l'idée d'une idée, que par ce qui lui est irréductible

-

L'"Action Painting" est une mystique du "Je" : dans le geste ou l'acte de peindre, se révèle un "moi" cosmique

-

L'esthétique du Pop Art repose plus sur une cannibalisation des valeurs et des réputations de l'art international que sur l'observation des objets quotidiens

-

Dada a été la crèche où la génération de la Premiere Guerre Mondiale a trouvé une nouvelle naissance

-

Ce qu'on a appelé l'"Ecole de Paris" est le lieu de la modernité, l'esprit du 20ème siècle n'appartenant à aucun pays, mais pertinent partout

-

Bien qu'il se soit réconcilié avec la société et la culture de masse, l'avant-gardisme continue à exercer un attrait car il porte le mythe de la rébellion

-

Désormais c'est le critique d'art qui est l'artiste : son médium est d'autres artistes auxquels il commande des pièces pour des expositions

-

La créativité de l'art new-yorkais des années 1946-52 ne tient pas à un effet d'école, mais aux réponses d'artistes individuels devant le risque de la disparition de l'art

-

L'esthétisation ou la muséification du monde qui commence dans les années 1960 est une façon pour le monde de l'art de se retirer de la crise sociale

-

Dans ses "Klansmen" où le Ku-Klux-Klan symbolise la violence et la tyrannie, Philip Guston réussit à ajouter des thèmes socio-politiques à sa problématique picturale

-

Avec Picasso, la réalité n'est plus celle des choses vues mais des choses qui existent - ou qui viennent à être, comme Gertrude Stein après son portrait

-

La réduction esthétique de l'art moderne met en oeuvre les idéaux du monde industriel et machinique : ajuster exactement les moyens à leurs fins

-

Le musée, qui incarne physiquement la séparation entre arts et évenements, est aussi une puissance institutionnelle dont la stratégie fabrique l'histoire de l'art

-

Dans les années 1970, le Pop Art accède à l'idéal académique moderne : homogénéiser le Grand Art, le banal, l'image médiatique et le design

-

La peinture des années 30 marque une solution de continuité dans l'histoire de l'art

-

Aujourd'hui l'artiste s'imagine si grand qu'il ne veut plus se limiter à la simple fabrication d'un objet ou d'une oeuvre dans un genre déterminé

-

Celui qui s'auto-déclare "artiste" dans le monde post-artistique de la dé-définition de l'art ne fait que contribuer à la dissolution de la figure de l'artiste

-

Le conflit entre art traditionnel et art d'avant-garde est devenu le substitut d'un concept cohérent de l'art à notre époque

-

Quand la peinture américaine du 19ème siècle prétend préférer la "réalité brute" au goût artistique européen, elle vise un idéal impossible : l'art sans art

-

Fabriquer des choses qui ressemblent à de l'art est la pratique la plus orthodoxe et la plus anti-culturelle de la dé-définition de l'art

-

Le primitivisme vise le degré zéro de la peinture : une incorporation suprême du matériau brut, jusqu'au point d'où toute présence humaine aurait été éliminée

-

Le programme de l'art contemporain n'est pas esthétique, mais métaphysique : faire venir l'être à partir d'une figure aussi proche que possible de l'idée du vide

-

Une peinture tragique, cathartique, fait émerger des sentiments trop profondément enfouis pour être amenés à la surface par des métaphores visuelles

-

Rothko a effacé tout contenu à sa peinture, jusqu'à aboutir à une théologie négative, une mythologie sans mythe, une religion de l'inexprimable

-

The Tradition of the New (la tradition du nouveau) (Harold Rosenberg, 1960) [TTOTN]

-

The De-definition of Art (La dé-définition de l'art) (Harold Rosenberg, 1972) [DDOA]

-

Bibliographie d'Harold Rosenberg

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rosenberg
RosenbergParcours

AA.BBB

LY_RosenbergParcours

Rang = Zapartir_Rosenberg_Harold
Genre = -