Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La pensée pèse                     La pensée pèse
Sources (*) :              
Jean-Luc Nancy - "Le poids d'une pensée, l'approche", Ed : La Phocide, 2008, p12

 

Hommage a Rouan (T. Cauwet, 2009) -

La pensée pèse par où la raison, étant "à" soi, s'écarte "de" soi

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'acte de la pensée, c'est peser le monde, peser les choses, peser le réel en tant que sens. Le réel incorpore le sens, il fait sens. Les sceptiques les plus extravagants ne peuvent ébranler ce point : il y a de l'existant. Nous existons, nos corps sont pesants, c'est indubitable, c'est ce qui fait le poids de la pensée, la condition sensible pure a priori de l'exercice de la raison. Avec la pesanteur est donnée la matière, la matérialité même de la raison. Tel est le fondement dont nous avons l'expérience, hors de soi. C'est un exil, une errance, une oscillation de soi à soi. L'être s'écarte, ce qui ouvre la possibilité de l'envoi, du renvoi, du jet, de l'attente, etc... Le sens jaillit de la disjonction, il fait événement. On ne peut pas le totaliser. Il est toujours à-venir, non achevé.

---

On retrouve dans cette formulation le thème de l'auto-affection derridéenne. La pensée est comme la voix : elle s'auto-affecte. Elle produit en elle de l'écart qui l'écarte d'elle-même - mais, ajoute Jean-Luc Nancy, cela suppose du réel, le poids réel des choses.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy
NancyPensee

EI.LLO

UPenseePesanteur

Rang = O
Genre = MK - NG